Utilisateurs libres ou domestiqués ? WhatsApp et les autres

Framalang
, 04/02/2021 | Source : Framablog - Mozilla

Le mois dernier, WhatsApp a publié une nouvelle politique de confidentialité avec cette injonction : acceptez ces nouvelles conditions, ou supprimez WhatsApp de votre smartphone. La transmission de données privées à la maison-mère Facebook a suscité pour WhatsApp un retour de bâton retentissant et un nombre significatif d’utilisateurs et utilisatrices a migré vers d’autres applications, en particulier Signal.

Cet épisode parmi d’autres dans la guerre des applications de communication a suscité quelques réflexions plus larges sur la capture des utilisateurs et utilisatrices par des entreprises qui visent selon Rohan Kumar à nous « domestiquer »…

Article original : WhatsApp and the domestication of users, également disponible sur la capsule gemini de l’auteur.

Traduction Framalang : Bromind, chloé, fabrice, françois, goofy, jums, Samailan, tykayn

WhatsApp et la domestication des utilisateurs

 par Rohan Kumar

Je n’ai jamais utilisé WhatsApp et ne l’utiliserai jamais. Et pourtant j’éprouve le besoin d’écrire un article sur WhatsApp car c’est une parfaite étude de cas pour comprendre une certaine catégorie de modèles commerciaux : la « domestication des utilisateurs ».
La domestication des utilisateurs est, selon moi, l’un des principaux problèmes dont souffre l’humanité et il mérite une explication détaillée.
Cette introduction générale étant faite, commençons.

L’ascension de Whatsapp

Pour les personnes qui ne connaissent pas, WhatsApp est un outil très pratique pour Facebook car il lui permet de facilement poursuivre sa mission principale : l’optimisation et la vente du comportement humain (communément appelé « publicité ciblée »). WhatsApp a d’abord persuadé les gens d’y consentir en leur permettant de s’envoyer des textos par Internet, chose qui était déjà possible, en associant une interface simple et un marketing efficace. L’application s’est ensuite développée pour inclure des fonctionnalités comme les appels vocaux et vidéos gratuits. Ces appels gratuits ont fait de WhatsApp une plate-forme de communication de référence dans de nombreux pays.

WhatsApp a construit un effet de réseau grâce à son système propriétaire incompatible avec d’autres clients de messagerie instantanée : les utilisateurs existants sont captifs car quitter WhatsApp signifie perdre la capacité de communiquer avec les utilisateurs de WhatsApp. Les personnes qui veulent changer d’application doivent convaincre tous leurs contacts de changer aussi ; y compris les personnes les moins à l’aise avec la technologie, celles qui avaient déjà eu du mal à apprendre à se servir de WhatsApp.

Dans le monde de WhatsApp, les personnes qui souhaitent rester en contact doivent obéir aux règles suivantes :
• Chacun se doit d’utiliser uniquement le client propriétaire WhatsApp pour envoyer des messages ; développer des clients alternatifs n’est pas possible.
• Le téléphone doit avoir un système d’exploitation utilisé par le client. Les développeurs de WhatsApp ne développant que pour les systèmes d’exploitation les plus populaires, le duopole Android et iOS en sort renforcé.
• Les utilisateurs dépendent entièrement des développeurs de WhatsApp. Si ces derniers décident d’inclure des fonctionnalités hostiles dans l’application, les utilisateurs doivent s’en contenter. Ils ne peuvent pas passer par un autre serveur ou un autre client de messagerie sans quitter WhatsApp et perdre la capacité à communiquer avec leurs contacts WhatsApp.

La domestication des utilisateurs

WhatsApp s’est développé en piégeant dans son enclos des créatures auparavant libres, et en changeant leurs habitudes pour créer une dépendance à leurs maîtres. Avec le temps, il leur est devenu difficile voire impossible de revenir à leur mode de vie précédent. Ce processus devrait vous sembler familier : il est étrangement similaire à la domestication des animaux. J’appelle ce type d’enfermement propriétaire « domestication des utilisateurs » : la suppression de l’autonomie des utilisateurs, pour les piéger et les mettre au service du fournisseur.

J’ai choisi cette métaphore car la domestication animale est un processus graduel qui n’est pas toujours volontaire, qui implique typiquement qu’un groupe devienne dépendant d’un autre. Par exemple, nous savons que la domestication du chien a commencé avec sa sociabilisation, ce qui a conduit à une sélection pas totalement artificielle promouvant des gènes qui favorisent plus l’amitié et la dépendance envers les êtres humains1.

Qu’elle soit délibérée ou non, la domestication des utilisateurs suit presque toujours ces trois mêmes étapes :
1. Un haut niveau de dépendance des utilisateurs envers un fournisseur de logiciel
2. Une incapacité des utilisateurs à contrôler le logiciel, via au moins une des méthodes suivantes :
2.1. Le blocage de la modification du logiciel
2.2. Le blocage de la migration vers une autre plate-forme
3. L’exploitation des utilisateurs désormais captifs et incapables de résister.
L’exécution des deux premières étapes a rendu les utilisateurs de WhatsApp vulnérables à la domestication. Avec ses investisseurs à satisfaire, WhatsApp avait toutes les raisons d’implémenter des fonctionnalités hostiles, sans subir aucune conséquence. Donc, évidemment, il l’a fait.

La chute de WhatsApp

La domestication a un but : elle permet à une espèce maîtresse d’exploiter les espèces domestiquées pour son propre bénéfice. Récemment, WhatsApp a mis à jour sa politique de confidentialité pour permettre le partage de données avec sa maison mère, Facebook. Les personnes qui avaient accepté d’utiliser WhatsApp avec sa précédente politique de confidentialité avaient donc deux options : accepter la nouvelle politique ou perdre l’accès à WhatsApp. La mise à jour de la politique de confidentialité est un leurre classique : WhatsApp a appâté et ferré ses utilisateurs avec une interface élégante et une impression de confidentialité, les a domestiqués pour leur ôter la capacité de migrer, puis est revenu sur sa promesse de confidentialité avec des conséquences minimes. Chaque étape de ce processus a permis la suivante ; sans domestication, il serait aisé pour la plupart des utilisateurs de quitter l’application sans douleur.
Celles et ceux parmi nous qui sonnaient l’alarme depuis des années ont connu un bref moment de félicité sadique quand le cliché à notre égard est passé de « conspirationnistes agaçants et paranoïaques » à simplement « agaçants ».

Une tentative de dérapage contrôlé

L’opération de leurre et de ferrage a occasionné une réaction contraire suffisante pour qu’une minorité significative d’utilisateurs migre ; leur nombre a été légèrement supérieur la quantité négligeable que WhatsApp attendait probablement. En réponse, WhatsApp a repoussé le changement et publié la publicité suivante :

Cette publicité liste différentes données que WhatsApp ne collecte ni ne partage. Dissiper des craintes concernant la collecte de données en listant les données non collectées est trompeur. WhatsApp ne collecte pas d’échantillons de cheveux ou de scans rétiniens ; ne pas collecter ces informations ne signifie pas qu’il respecte la confidentialité parce que cela ne change pas ce que WhatsApp collecte effectivement.

Dans cette publicité WhatsApp nie conserver « l’historique des destinataires des messages envoyés ou des appels passés ». Collecter des données n’est pas la même chose que « conserver l’historique » ; il est possible de fournir les métadonnées à un algorithme avant de les jeter. Un modèle peut alors apprendre que deux utilisateurs s’appellent fréquemment sans conserver l’historique des métadonnées de chaque appel. Le fait que l’entreprise ait spécifiquement choisi de tourner la phrase autour de l’historique implique que WhatsApp soit collecte déjà cette sorte de données soit laisse la porte ouverte afin de les collecter dans le futur.
Une balade à travers la politique de confidentialité réelle de WhatsApp du moment (ici celle du 4 janvier) révèle qu’ils collectent des masses de métadonnées considérables utilisées pour le marketing à travers Facebook.

Liberté logicielle

Face à la domestication des utilisateurs, fournir des logiciels qui aident les utilisateurs est un moyen d’arrêter leur exploitation. L’alternative est simple : que le service aux utilisateurs soit le but en soi.

Pour éviter d’être contrôlés par les logiciels, les utilisateurs doivent être en position de contrôle. Les logiciels qui permettent aux utilisateurs d’être en position de contrôles sont appelés logiciels libres. Le mot « libre » dans ce contexte a trait à la liberté plutôt qu’au prix2. La liberté logicielle est similaire au concept d’open-source, mais ce dernier est focalisé sur les bénéfices pratiques plutôt qu’éthiques. Un terme moins ambigu qui a trait naturellement à la fois à la gratuité et l’open-source est FOSS3.
D’autres ont expliqué les concepts soutenant le logiciel libre mieux que moi, je n’irai pas dans les détails. Cela se décline en quatre libertés essentielles :

  • la liberté d’exécuter le programme comme vous le voulez, quel que soit le but
  • la liberté d’étudier comment le programme fonctionne, et de le modifier à votre souhait
  • la liberté de redistribuer des copies pour aider d’autres personnes
  • la liberté de distribuer des copies de votre version modifiée aux autres

Gagner de l’argent avec des FOSS

L’objection la plus fréquente que j’entends, c’est que gagner de l’argent serait plus difficile avec le logiciel libre qu’avec du logiciel propriétaire.
Pour gagner de l’argent avec les logiciels libres, il s’agit de vendre du logiciel comme un complément à d’autres services plus rentables. Parmi ces services, on peut citer la vente d’assistance, la personnalisation, le conseil, la formation, l’hébergement géré, le matériel et les certifications. De nombreuses entreprises utilisent cette approche au lieu de créer des logiciels propriétaires : Red Hat, Collabora, System76, Purism, Canonical, SUSE, Hashicorp, Databricks et Gradle sont quelques noms qui viennent à l’esprit.
L’hébergement n’est pas un panier dans lequel vous avez intérêt à déposer tous vos œufs, notamment parce que des géants comme Amazon Web Service peuvent produire le même service pour un prix inférieur. Être développeur peut donner un avantage dans des domaines tels que la personnalisation, le support et la formation ; cela n’est pas aussi évident en matière d’hébergement.

Les logiciels libres ne suffisent pas toujours

Le logiciel libre est une condition nécessaire mais parfois insuffisante pour établir une immunité contre la domestication. Deux autres conditions impliquent de la simplicité et des plates-formes ouvertes.

Simplicité

Lorsqu’un logiciel devient trop complexe, il doit être maintenu par une vaste équipe. Les utilisateurs qui ne sont pas d’accord avec un fournisseur ne peuvent pas facilement dupliquer et maintenir une base de code de plusieurs millions de lignes, surtout si le logiciel en question contient potentiellement des vulnérabilités de sécurité. La dépendance à l’égard du fournisseur peut devenir très problématique lorsque la complexité fait exploser les coûts de développement ; le fournisseur peut alors avoir recours à la mise en œuvre de fonctionnalités hostiles aux utilisateurs pour se maintenir à flot.
Un logiciel complexe qui ne peut pas être développé par personne d’autre que le fournisseur crée une dépendance, première étape vers la domestication de l’utilisateur. Cela suffit à ouvrir la porte à des développements problématiques.

Étude de cas : Mozilla et le Web

Mozilla était une lueur d’espoir dans la guerre des navigateurs, un espace dominé par la publicité, la surveillance et le verrouillage par des distributeurs. Malheureusement, le développement d’un moteur de navigation est une tâche monumentale, assez difficile pour qu’Opera et Microsoft abandonnent leur propre moteur et s’équipent de celui de Chromium. Les navigateurs sont devenus bien plus que des lecteurs de documents : ils ont évolué vers des applications dotées de propres technologies avec l’accélération GPU, Bluetooth, droits d’accès, énumération des appareils, codecs de médias groupés, DRM4, API d’extension, outils de développement… la liste est longue. Il faut des milliards de dollars par an pour répondre aux vulnérabilités d’une surface d’attaque aussi massive et suivre des standards qui se développent à un rythme tout aussi inquiétant. Ces milliards doivent bien venir de quelque part.
Mozilla a fini par devoir faire des compromis majeurs pour se maintenir à flot. L’entreprise a passé des contrats de recherche avec des sociétés manifestement hostiles aux utilisateurs et a ajouté au navigateur des publicités (et a fait machine arrière) et des bloatwares, comme Pocket, ce logiciel en tant que service partiellement financé par la publicité. Depuis l’acquisition de Pocket (pour diversifier ses sources de revenus), Mozilla n’a toujours pas tenu ses promesses : mettre le code de Pocket en open-source, bien que les clients soient passés en open-source, le code du serveur reste propriétaire. Rendre ce code open-source, et réécrire certaines parties si nécessaire serait bien sûr une tâche importante en partie à cause de la complexité de Pocket.

Les navigateurs dérivés importants comme Pale Moon sont incapables de suivre la complexité croissante des standards modernes du Web tels que les composants web (Web Components). En fait, Pale Moon a récemment dû migrer son code hors de GitHub depuis que ce dernier a commencé à utiliser des composants Web. Il est pratiquement impossible de commencer un nouveau navigateur à partir de zéro et de rattraper les mastodontes qui ont fonctionné avec des budgets annuels exorbitants pendant des décennies. Les utilisateurs ont le choix entre le moteur de navigation développé par Mozilla, celui d’une entreprise publicitaire (Blink de Google) ou celui d’un fournisseur de solutions monopolistiques (WebKit d’Apple). A priori, WebKit ne semble pas trop mal, mais les utilisateurs seront impuissants si jamais Apple décide de faire marche arrière.
Pour résumer : la complexité du Web a obligé Mozilla, le seul développeur de moteur de navigation qui déclare être « conçu pour les gens, pas pour l’argent », à mettre en place des fonctionnalités hostiles aux utilisateurs dans son navigateur. La complexité du Web a laissé aux utilisateurs un choix limité entre trois grands acteurs en conflit d’intérêts, dont les positions s’enracinent de plus en plus avec le temps.
Attention, je ne pense pas que Mozilla soit une mauvaise organisation ; au contraire, c’est étonnant qu’ils soient capables de faire autant, sans faire davantage de compromis dans un système qui l’exige. Leur produit de base est libre et open-source, et des composants externes très légèrement modifiés suppriment des anti-fonctionnalités.

Plates-formes ouvertes

Pour éviter qu’un effet de réseau ne devienne un verrouillage par les fournisseurs, les logiciels qui encouragent naturellement un effet de réseau doivent faire partie d’une plate-forme ouverte. Dans le cas des logiciels de communication/messagerie, il devrait être possible de créer des clients et des serveurs alternatifs qui soient compatibles entre eux, afin d’éviter les deux premières étapes de la domestication de l’utilisateur.

Étude de cas : Signal

Depuis qu’un certain vendeur de voitures a tweeté « Utilisez Signal », un grand nombre d’utilisateurs ont docilement changé de messagerie instantanée. Au moment où j’écris ces lignes, les clients et les serveurs Signal sont des logiciels libres et open-source, et utilisent certains des meilleurs algorithmes de chiffrement de bout en bout qui existent ; cependant, je ne suis pas fan.

Bien que les clients et les serveurs de Signal soient des logiciels libres et gratuits, Signal reste une plate-forme fermée. Le cofondateur de Signal, Moxie Marlinspike, est très critique à l’égard des plates-formes ouvertes et fédérées. Il décrit dans un article de blog les raisons pour lesquelles Signal reste une plate-forme fermée5. Cela signifie qu’il n’est pas possible de développer un serveur alternatif qui ne puisse être supporté par les clients Signal, ou un client alternatif qui supporte les serveurs Signal. La première étape de la domestication des utilisateurs est presque achevée.

Outre qu’il n’existe qu’un seul client et qu’un seul serveur, il n’existe qu’un seul fournisseur de serveur Signal : Signal Messenger LLC. La dépendance des utilisateurs vis-à-vis de ce fournisseur de serveur central leur a explosé au visage, lors de la récente croissance de Signal qui a provoqué des indisponibilités de plus d’une journée, mettant les utilisateurs de Signal dans l’incapacité d’envoyer des messages, jusqu’à ce que le fournisseur unique règle le problème.
Certains ont quand même essayé de développer des clients alternatifs : un fork Signal appelé LibreSignal a tenté de faire fonctionner Signal sur des systèmes Android respectueux de la vie privée, sans les services propriétaires Google Play. Ce fork s’est arrêté après que Moxie eut clairement fait savoir qu’il n’était pas d’accord avec une application tierce utilisant les serveurs Signal. La décision de Moxie est compréhensible, mais la situation aurait pu être évitée si Signal n’avait pas eu à dépendre d’un seul fournisseur de serveurs.

Si Signal décide de mettre à jour ses applications pour y inclure une fonction hostile aux utilisateurs, ces derniers seront tout aussi démunis qu’ils le sont actuellement avec WhatsApp. Bien que je ne pense pas que ce soit probable, la plate-forme fermée de Signal laisse les utilisateurs vulnérables à leur domestication.
Même si je n’aime pas Signal, je l’ai tout de même recommandé à mes amis non-techniques, parce que c’était le seul logiciel de messagerie instantanée assez privé pour moi et assez simple pour eux. S’il y avait eu la moindre intégration à faire (création de compte, ajout manuel de contacts, etc.), un de mes amis serait resté avec Discord ou WhatsApp. J’ajouterais bien quelque chose de taquin comme « tu te reconnaîtras » s’il y avait la moindre chance pour qu’il arrive aussi loin dans l’article.

Réflexions

Les deux études de cas précédentes – Mozilla et Signal – sont des exemples d’organisations bien intentionnées qui rendent involontairement les utilisateurs vulnérables à la domestication. La première présente un manque de simplicité mais incarne un modèle de plate-forme ouverte. La seconde est une plate-forme fermée avec un degré de simplicité élevé. L’intention n’entre pas en ligne de compte lorsqu’on examine les trois étapes et les contre-mesures de la domestication des utilisateurs.
@paulsnar@mastodon.technology a souligné un conflit potentiel entre la simplicité et les plates-formes ouvertes :

j’ai l’impression qu’il y a une certaine opposition entre simplicité et plates-formes ouvertes ; par exemple Signal est simple précisément parce que c’est une plate-forme fermée, ou du moins c’est ce qu’explique Moxie. À l’inverse, Matrix est superficiellement simple, mais le protocole est en fait (à mon humble avis) assez complexe, précisément parce que c’est une plate-forme ouverte.

Je n’ai pas de réponse simple à ce dilemme. Il est vrai que Matrix est extrêmement complexe (comparativement à des alternatives comme IRC ou même XMPP), et il est vrai qu’il est plus difficile de construire une plate-forme ouverte. Cela étant dit, il est certainement possible de maîtriser la complexité tout en développant une plate-forme ouverte : Gemini, IRC et le courrier électronique en sont des exemples. Si les normes de courrier électronique ne sont pas aussi simples que Gemini ou IRC, elles évoluent lentement ; cela évite aux implémentations de devoir rattraper le retard, comme c’est le cas pour les navigateurs Web ou les clients/serveurs Matrix.

Tous les logiciels n’ont pas besoin de brasser des milliards. La fédération permet aux services et aux réseaux comme le Fediverse et XMPP de s’étendre à un grand nombre d’utilisateurs sans obliger un seul léviathan du Web à vendre son âme pour payer la facture. Bien que les modèles commerciaux anti-domestication soient moins rentables, ils permettent encore la création des mêmes technologies qui ont été rendues possibles par la domestication des utilisateurs. Tout ce qui manque, c’est un budget publicitaire ; la plus grande publicité que reçoivent certains de ces projets, ce sont de longs billets de blog non rémunérés.
Peut-être n’avons-nous pas besoin de rechercher la croissance à tout prix et d’essayer de « devenir énorme ». Peut-être pouvons-nous nous arrêter, après avoir atteint une durabilité et une sécurité financière, et permettre aux gens de faire plus avec moins.

Notes de clôture

Avant de devenir une sorte de manifeste, ce billet se voulait une version étendue d’un commentaire que j’avais laissé suite à un message de Binyamin Green sur le Fediverse.
J’avais décidé, à l’origine, de le développer sous sa forme actuelle pour des raisons personnelles. De nos jours, les gens exigent une explication approfondie chaque fois que je refuse d’utiliser quelque chose que « tout le monde » utilise (WhatsApp, Microsoft Office, Windows, macOS, Google Docs…).
Puis, ils et elles ignorent généralement l’explication, mais s’attendent quand même à en avoir une. La prochaine fois que je les rencontrerai, ils auront oublié notre conversation précédente et recommenceront le même dialogue. Justifier tous mes choix de vie en envoyant des assertions logiques et correctes dans le vide – en sachant que tout ce que je dis sera ignoré – est un processus émotionnellement épuisant, qui a fait des ravages sur ma santé mentale ces dernières années ; envoyer cet article à mes amis et changer de sujet devrait me permettre d’économiser quelques cheveux gris dans les années à venir.
Cet article s’appuie sur des écrits antérieurs de la Free Software Foundation, du projet GNU et de Richard Stallman. Merci à Barna Zsombor de m’avoir fait de bon retours sur IRC.

Mosaïque romaine, Orphée apprivoisant les animaux, photo par mharrsch, licence CC BY-NC-SA 2.0

Firefox : activer les extensions sur support.mozilla.org

Mozinet
, 15/12/2019 | Source : BlogZiNet

Une restriction bien connue depuis le passage exclusif aux WebExtensions dans Firefox 57 est qu’elles ne fonctionnent pas sur le site du dépôt des modules complémentaires de Mozilla, AMO/addons.mozilla.org. La personne ayant installé une extension tente de la tester sur la page d’installation, mais rien ne se passe.

Ce n’est cependant pas le site de Mozilla pour lequel les WebExtensions sont inactives. Le site de l’assistance officielle de Mozilla, SUMO/support.mozilla.org, lui aussi ne permet pas aux extensions de fonctionner. Cela empêche ainsi les volontaires participant à l’assistance aux utilisateurs et utilisatrices de produits Mozilla d’utiliser, par exemple, des extensions de formatage des liens à coller dans les réponses. Côté administration du site, cela empêche les volontaires rédigeant, traduisant ou relisant les articles d’utiliser une extension de correction grammaticale comme Grammalecte pour la langue française.

Toutefois, depuis la version 60 de Firefox, une préférence cachée de Firefox permet de modifier la liste des sites Mozilla affectés par cette restriction.

  1. Saisissez « about:config » dans la barre d’adresse.
  2. Cliquez sur « Accepter le risque et poursuivre » dans la page d’avertissement.
  3. Saisissez « extensions.webextensions.restrictedDomains » dans la barre de recherche.
  4. Double-cliquez sur la ligne affichée.
  5. Supprimez le nom de domaine « support.mozilla.org, » de la zone de texte.
  6. Cliquez sur la coche ✅ pour valider.

Il n’est pas recommandé de supprimer les autres domaines de Mozilla, des extensions malveillantes ou peu scrupuleuses pourraient s’intercaler entre les services de Mozilla et vous.

Pour annuler la modification et revenir à la préférence par défaut, cliquez sur la flèche arrière de réinitialisation ↶.

Firefox 71 : Préférences avancées – extensions.webextensions.restrictedDomains, (support.mozilla.org surligné)

Source

gHacks, How to enable Firefox WebExtensions on Mozilla websites, 27 oct. 2017, Martin Brinkmann

Une extension qui meta-press.es à ta disposition

Goofy
, 05/12/2019 | Source : Framablog - Mozilla

La veille sur la presse en ligne est laborieuse et exigeante, mais une extension pour Firefox peut la rendre plus légère, rapide et efficace… et plus éthique que Google News.

Nous rencontrons aujourd’hui Simon Descarpentries pour lui poser des questions sur le module Meta-Press.es qu’il a créé.

 

Bonjour Simon, pourrais-tu nous dire par quels chemins tu es arrivé à Meta-press.es…

photo noir et blanc de Simon DescarpentriesCommençons par le début : je suis né en 1984 comme la FSF et comme elle, je préfère mes logiciels avec de l’éthique en plus d’un code source accessible (pour reprendre cette belle formule de Pouhiou). J’ai découvert GNU+Linux en l’an 2000, ai adhéré à l’April en 2002, terminé mes études en 2007 et travaillé pour Framasoft de 2009 à 2011. J’ai ensuite rejoint Sopinspace1 jusqu’à sa mise en sommeil 4 ans plus tard et mon entrée dans Acoeuro.com2.

Très tôt j’ai décidé de ne pas pousser le monde dans la mauvaise direction le jour en essayant de compenser les dégâts bénévolement la nuit. Je me suis donc efforcé de gagner ma vie en faisant directement ce qui me semble éthique et via Acoeuro.com j’ai une grande liberté de choix dans mes clients, qui ne sont que des associations, clubs sportifs ou collectivités locales3.

Mais ce n’est pas tout d’en vivre, j’ai aussi toujours eu envie de contribuer au Logiciel Libre en retour. J’ai commencé par des traductions (avec la formidable équipe Framalang), puis me suis attelé à la comptabilité de FDN.fr (pendant 5 ans), j’ai fait un peu de JavaScript pour lancer un widget de campagne de LQDN.fr ou aider à éplucher les 5000 réponses d’une consultation de la Commission Européenne… Mais ça me démangeait toujours.

Je me suis donc également occupé de la revue de presse de La Quadrature du Net pendant 5 ans, et c’est là que m’est venue l’envie de développer une alternative à Google News, afin de libérer l’association de sa dépendance envers un acteur qu’elle critique à juste titre le reste du temps. À la faveur d’un inter-contrats en 2017, j’ai repris mes prototypes précédents de méta-moteur de recherche pour la presse et j’ai exploré sérieusement cette piste.

…tu en arrives ainsi à Meta-Press.es ?

Voilà, j’ai réservé un nom de domaine dès que j’ai eu une preuve de concept fonctionnelle.

Alors c’est quoi exactement ?

Meta-Press.es est un moteur de recherche pour la presse sous forme d’une extension pour Firefox.

Directement depuis notre navigateur, il interroge un grand nombre de journaux4. L’extension récupère les derniers résultats de chaque journal et permet de…

  • trier ces résultats,
  • mener notre recherche dedans,
  • sélectionner ceux qui nous intéressent,
  • exporter cette sélection suivant plusieurs formats (JSON, RSS ou ATOM, bientôt CSV aussi).

Et comment ça marche au juste ?

Eh bien il faut bien sûr installer l’extension depuis sa page officielle.
Tu ouvres ensuite l’onglet de l’extension en cliquant sur l’icône petite icône de l’extension meta-press.estu saisis les termes de ta recherche, tu précises les sources dans lesquelles chercher : journaux, radios, agrégateurs de publications scientifiques… par défaut tu choisis celles qui sont dans ta langue, et tu lances la recherche.

boutohn d elancement de la rceherche

Meta-Press.es va alors interroger les sources choisies et afficher les résultats.

Quelles différences avec un agrégateur RSS ou une poche-kangourou comme Wallabag ?
Contrairement à un agrégateur de flux RSS, Meta-Press.es donne accès aux contenus qui existaient avant qu’on s’abonne aux flux, puisque Meta-Press.es utilise la fonctionnalité de recherche des journaux. L’extension s’emploie à propager la requête de l’utilisateur auprès de chaque source pour agréger tous les résultats et les trier dans l’ordre chronologique. Google News ne fait pas beaucoup plus en apparence, or ça, n’importe quel ordinateur peut le faire.

Ensuite, Meta-Press.es intègre déjà un catalogue de sources connues (principalement des journaux, mais aussi des radios ou des agrégateurs de publications scientifiques), et est directement capable de chercher dans toutes ces sources, alors qu’un agrégateur de flux RSS doit être configuré flux par flux.

Actuellement, la base contient un peu plus de 100 sources (de 38 pays et en 21 langues), dont déjà 10 % ont été ajoutées par des contributeurs. Ces sources sont organisées par un système d’étiquettes pour les thèmes abordés, la langue ou d’autres critères techniques. Ce système permet d’accueillir toutes les contributions et l’utilisateur choisira ensuite dans quoi il veut chercher.

Apparemment c’est surtout pour faire de la veille sur la presse, est-ce que ça peut intéresser tout le monde ou est-ce un truc de « niche » pour un nombre limité de personnes qui peuvent y trouver des avantages ?

L’extension a été développée avec le cas d’usage de la revue de presse de la Quadrature du Net en tête. On est toujours plus efficace en grattant soi-même là où ça démange.

Mais les journalistes auxquels j’ai présenté Meta-Press.es se sont également montrés enthousiastes, car l’outil renvoie toujours les mêmes résultats quand on fait les mêmes recherches (même si on change d’ordinateur ou de connexion internet). Ce n’est pas le cas quand ils utilisent Google News, car l’entreprise traque leur comportement (historique des recherches, articles consultés) pour renvoyer ensuite des résultats de recherche « personnalisés » (donc différents d’une fois sur l’autre), et surtout, pour vendre aux annonceurs de la publicité ciblée.

Et puis un Mastonaute a récemment trouvé un autre moyen de se servir de Meta-Press.es :

un internaute a testé l’extension pour comparer le nombre de résultats de recherche pour "référendum ADP" et "le grand débat" (le deuxième l’emporte largement.

Au-delà des recherches, ce que permet Meta-Press.es, c’est d’exporter les résultats d’une recherche dans un fichier. On peut ainsi :

• archiver les résultats ;
• les reprendre plus tard (même hors-connexion) ;
• les envoyer à un ami.

On peut également sélectionner les résultats que l’on souhaite exporter. Une sélection exportée au format RSS peut ensuite facilement être ajoutée au flux RSS de la revue de presse d’une association (comme c’est le cas pour LQDN).
Cela épargne les deux-tiers du travail dans ce domaine, qui consistait sinon à copier chaque information (titre, date, source, extrait…) de la page du journal à l’outil générant le flux de la revue de presse.

D’ailleurs, pendant mes années de revue de presse à LQDN, plusieurs associations amies nous ont demandé quels outils on utilisait de notre côté. On a répondu à chaque fois qu’on utilisait plusieurs outils faits main (la nuit par l’un des cofondateurs) emboîtés les uns dans les autres sans documentation technique et que l’essentiel du travail restait fait à la main. C’était frustrant pour tout le monde.

Aujourd’hui, l’outil est là, revenez les amis, nous pouvons désormais tous nous partager Meta-Press.es !

logo de l’extension meta-press.es par Elisa de Guerra-Castro

Logo de l’extension par Elisa de Guerra-Castro

 

———*———*———

Bon, pendant que les plus impatients sont déjà en train de tester l’extension et de s’en servir, nous avons d’autres lecteurs et lectrices un peu plus techniques qui veulent savoir comment ça se passe dans les coulisses, et pour commencer avec quelles briques tu as travaillé…

Techniquement, c’est fait en JavaScript moderne (ECMAScript6/7) avec tous les meilleurs exemples trouvés sur StackOverflow, developer.mozilla.org et surtout les API récentes comme : async/await, <script type= »module »>, fetch, crypto, domParser, XPathEvaluator

Je suppose que certain⋅es vont vouloir ajouter des « sources »…

Le processus de contribution des sources a été simplifié au maximum.

D’ailleurs, la première contribution à Meta-Press.es en a détourné l’usage pour y intégrer une dizaine de sources de publications scientifiques. C’est un cas auquel je n’avais pas pensé en développant Meta-Press.es, mais la contribution s’est facilement intégrée au reste du projet, on a juste eu à y mettre l’étiquette de thème : « science ».

  • Si la source propose des résultats de recherche sous la forme d’un flux RSS, il suffit en gros de préciser le nom de la source et l’adresse du flux (en remplaçant les termes de recherche par : {}) dans le champ d’exemple de source des paramètres de l’extension. La plupart des journaux qui utilisent le moteur WordPress fournissent ce flux (sûrement sans même le savoir), ce qui représente un tiers des sources de Meta-Press.es à l’international. En revanche en France, beaucoup de journaux utilisent SPIP comme moteur de site web, or SPIP n’intègre pas cette fonctionnalité par défaut… Une mise à jour serait très bienvenue ! En proportion, les flux RSS représentent donc environ 30 % des sources actuelles, contre 1 % de flux ATOM (la bataille est moins serrée qu’entre vim et emacs).
  • Si la source ne propose pas de résultats en RSS, l’exercice peut se résumer à rassembler une URL et 4 sélecteurs CSS. Toutefois, il faut donc parler HTML et CSS couramment, et bien souvent RegEx aussi pour arriver à ses fins. J’ai listé des documentations synthétiques dans le README.adoc du projet sur Framagit.

Une source est donc décrite par un objet JSON dans lequel on détaille comment accéder à chaque information dans la page de résultats (par des sélecteurs CSS donc pour pointer les éléments) et éventuellement en ajoutant un retraitement du texte obtenu par motif de remplacement en expression rationnelle. Pour s’exercer, l’ajout d’une source peut se faire directement depuis les paramètres de l’extension (où vous trouverez des conseils et les sources fournies en exemples). Si vous avez un résultat fonctionnel, vous pouvez vous contenter de me l’envoyer simplement par courriel, je m’occuperai de l’intégrer au projet.

J’avais testé en 2013 plusieurs solutions pour voir ce qui était le plus rapide dans le rapatriement et l’analyse des pages web listant les résultats de recherche de chaque source. Entre autres, les pages de résultat sont analysées par Firefox dans ce qu’on appelle un fragment de HTML. Ce dernier n’est pas complètement interprété par le navigateur web (pas de rendu graphique). Entre autres, les images et les feuilles de style de la page ne sont pas chargées. Il n’y en a pas besoin. En se contentant du HTML les choses se passent bien plus rapidement que s’il fallait charger les mégaoctets d’images et de traqueurs des journaux.

En puisant les résultats dans des flux RSS, le traitement devrait aller encore plus vite car la structure XML d’un flux RSS est minimaliste. Mais les serveurs web priorisent mal ces requêtes, alors les flux RSS mettent facilement plus de 10 secondes à arriver.

Une autre question épineuse, liée au JavaScript est celle de l’analyse des dates en format non américain. De nombreuses bibliothèques de fonction existent pour parer aux déficiences de la norme, mais elles sont généralement volumineuses et lentes. Je propose ma propre solution dans ce domaine, avec la fonction JavaScript `month_nb` qui se contente de transformer un nom de mois en son numéro, mais sait le faire pour 69 langues et n’a même pas besoin de connaître la langue du mois à convertir. J’en ai parlé plus longuement sur le site de Meta-Press.es notamment pour détailler l’aspect minimaliste et ré-utilisable de mon approche :  il fallait là aussi « faire rentrer le monde dans un fichier JSON » mais ça c’est bon, c’est fait.

Mais pourquoi avoir choisi une extension pour Firefox plutôt qu’une appli pour Android ou une appli standalone à installer sur son ordinateur… ?

Je faisais tenir mes premiers prototypes dans un unique fichier HTML. Je trouvais ça élégant d’avoir tout dans un seul fichier : le code, l’interface graphique, les données… Et puis un fichier HTML c’est facile à distribuer (par clé USB, en pièce jointe d’un courriel, directement sur le web…). Toutefois, comme je l’ai expliqué dans le billet « Motivations » du blog du projet, une contrainte technique empêchait ce modèle de fonctionner pour Meta-Press.es : on ne peut pas accéder au contenu d’une iframe depuis le JavaScript d’une simple page web.
Et puis j’ai compris qu’avec une extension pour Firefox la contrainte pouvait être levée. J’ai donc tout naturellement continué mon travail dans cette direction, en m’appuyant sur les technologies que je manipule au quotidien : le Web.
Avec un peu de recul, je considère que c’était une excellente idée. Firefox est probablement l’analyseur de HTML le plus rapide au monde, en cours de ré-écriture, par morceaux, en Rust. Piloter cette fusée via un langage de script se révèle à la fois plaisant et efficace.

Si j’avais voulu faire une application à part, j’aurais probablement utilisé le langage Python (dont je préfère la syntaxe, surtout édité avec vim et des tabulations !), mais j’aurais forcément eu à manipuler un analyseur de page web moins rapide et probablement moins à jour.

Ensuite, en tant qu’extension de Firefox, Meta-Press.es est aussi utilisable avec le navigateur web Tor, qui est taillé pour la protection de votre vie privée et installable en quelques clics sur n’importe quel ordinateur et quasiment n’importe que système d’exploitation.
Le navigateur Tor a été inventé en grande partie pour lire la presse en ligne sans être suivi, ni laisser de traces. Les deux font donc la paire. Avec le navigateur Tor les journaux ne savent pas qui vous êtes, et avec Meta-Press.es vous n’avez plus besoin de Google pour les trouver. Retour au modèle du bon vieux journal lu dans le fauteuil du salon, sans autres conséquences, ni à court, ni à long terme.

En ce qui concerne Android, l’extension fonctionne parfaitement une fois installée sur Firefox pour Android (ou la version IceCatMobile en provenance de la logithèque libre pour Android : F-Droid.org).

Mozilla offre l’avantage de fournir l’infrastructure de distribution du programme et un référencement (l’extension est facile à retrouver via le moteur de recherche d’addons.mozilla.org avec les mots-clés « meta presse »). Mozilla gère les mise à jour, des retours utilisateurs rapides ou complets via les commentaires, la notation par étoiles et même une porte de collecte de dons pour soutenir le projet — qui fonctionne très bien ;-).

Si l’on ajoute la documentation et les recommandations suite à l’analyse du code (automatique mais aussi effectuée par des humains), c’est une plateforme très accueillante.

Dans l’actualité récente les éditeurs de presse en ligne français étaient en conflit avec Google et son moteur de recherche. Est-ce que de nouvelles contraintes légales ne vont pas impacter Meta-Press.es ?

Oui, j’ai suivi ce feuilleton, et non ça ne devrait avoir de conséquence pour Meta-Press.es.
Pour reprendre un peu le sujet, tout se joue autour de la directive européenne sur les éditeurs de presse en ligne, que les élites du gouvernement se sont empressées de transposer en droit français, pour l’exemple et avec de grandes annonces.
Cet épisode a donné lieu en septembre à de savoureux échanges entre Google et les éditeurs. Le fond du problème était que les éditeurs, déjà sous perfusion de l’État, ont cru qu’ils pourraient taxer Google aussi (en améliorant la rente de leur situation, plutôt qu’en s’adaptant à un monde qui change), au moins pour un montant proportionnel à l’extrait d’article que Google republie chez lui, à côté de ses publicités, et dont de plus en plus de lecteurs se contentent (comme je l’ai détaillé dans ce commentaire sur LinuxFR.org).

Ça m’a fait bizarre, mais c’est Google que j’ai trouvé de bonne foi pour le coup : aucune raison de payer la rançon. Le géant américain a d’ailleurs simplement répliqué en retirant les extraits visés, en publiant des stats sur la faible consultation des résultats de Google News sans extrait, et en indiquant que pour un retour aux affaires il suffisait de préciser son accord via un fichier hébergé par chaque journal (une directive du fameux robot.txt).
En deux semaines la moitié des éditeurs avaient autorisé Google à reprendre gratuitement les extraits, au bout d’un mois tous avaient rejoint le rang. Tout ce travail législatif international pour en arriver là : un communiqué de presse du moteur de recherche et des redditions sans condition de la presse.

Aujourd’hui c’est facile à dire, mais je pense que les éditeurs n’ont pas pris le bon chemin… Au lieu d’essayer de jouer au plus malin et de perdre magistralement5, ils devraient chercher à s’émanciper de cet intermédiaire qui valorise sa pub avec leurs contenus. Un moyen de se débarrasser de cet intermédiaire, ce serait de développer eux-mêmes un Meta-Press.es, rien ne l’empêche techniquement. Après, j’ai quelques années d’avance, mais rien ne les empêche non plus de me soutenir.

Je me suis logiquement fait quelques sueurs froides, inquiet de voir bouger l’horizon juridique d’un projet sur lequel je me suis attelé depuis plusieurs années. Mais je vais pouvoir laisser les extraits de résultats de recherche dans Meta-Press.es, car cet outil n’entre pas dans le périmètre d’application de la loi, qui ne vise que les plateformes commerciales, ce que n’est pas Meta-Press.es. De plus, Meta-Press.es ne publie rien, tout se passe entre le navigateur d’un internaute et les journaux, pas d’intermédiaire.

Pas d’intermédiaire, mais plein d’idées pour continuer le développement de l’outil ?

Ça oui ! À commencer par l’indispensable mise en place d’un cadriciel (framework) de test automatisé des sources, pour tenir toute la collection à jour en détectant celles dont la présentation des résultats a changé et doit être revue.
Ensuite, j’ai déjà évoqué l’ajout d’un format d’export CSV ou la présentation de l’extension sur écran de téléphone, mais l’outil pourrait par exemple également être internationalisé pour en diffuser plus largement l’usage.
Une grande idée serait d’implémenter un test de rapidité de réponse des sources, pour ne retenir que les sources qui répondent rapidement chez vous.
La possibilité de récupérer plus que les 10 derniers résultats de chaque source est également sur les rails, et en fait malheureusement, la TODO-list du projet ne fait que s’agrandir au fur et à mesure que je travaille à la réduire…

Comment vois-tu la suite pour Meta-presse.es ?

Meta-Press.es n’est pas une grande menace pour Google, mais c’est une alternative techniquement viable.

Il faut maintenant faire l’inventaire des journaux du monde6 et mettre cet index en commun dans le dépôt des sources de Meta-Press.es. Je n’y arriverai pas seul, mais je suis bien déterminé à faire cette part de dé-Google-isation de l’internet7 et à la faire bien, dans la plus pure tradition Unix (une chose à la fois, mais bien faite).

Cela fait déjà des années que je travaille sur Meta-Press.es et je porterai ce projet le plus loin possible. Avec moi une contribution n’est jamais gaspillée. Alors je compte sur vous pour m’aider à indexer la presse en ligne.

Je vous encourage à bidouiller votre source préférée et à me l’envoyer si elle fonctionne ou si vous avez besoin d’un coup de pouce pour terminer. Indiquez-moi par courriel les sources à flux RSS que vous avez trouvées car elles sont très rapides à intégrer, et normalement stables dans le temps8.

Cet inventaire, réalisé pour un projet libre et fait dans un format standard (JSON) sera réutilisable à volonté. C’est une autre garantie qu’aucune contribution ne sera perdue.

D’autres malices dans ta boîte à projets ?

Avec les connaissances acquises en développement d’extension pour Firefox, il y a d’autres problèmes auxquels j’aimerais proposer des solutions… Je pense par exemple au paiement en ligne sur le Web. C’est parce qu’il n’y a pas de moyen simple de payer en un clic que la plupart des éditeurs de contenus s’empressent de grever leurs œuvres de publicité, parce que ça, au moins, ça rapporte, et sans trop d’efforts.

Une solution pourrait être proposée sous la forme d’une extension de Firefox. Une extension qui lirait le contenu des liens affublés du protocole payto : (comme il existe déjà le mailto :), ouvrirait une fenêtre de sélection de banque, proposerait de vous loguer sur votre compte via le site officiel de votre banque, et vous avancerait en lecture rapide jusqu’à la validation d’un virement bancaire, pour le destinataire précisé dans le lien payto :, pour le montant, le libellé et la devise précisée.

Dans l’idéal, les banques proposeraient une interface pour faire ça facilement, mais elles ne le font pas, et on n’en a pas forcément besoin pour que ça marche, il suffit d’arpenter leur interface web comme on le fait pour les résultats de recherche des journaux avec Meta-Press.es.

Coupler cette idée avec les virements rapides que les banques sont en train de concéder pour faire face au Bitcoin, et voilà, le Web serait réparé…

S’il y a des financeurs que ça intéresse, moi je sais faire…

———*———*———

———*———*———

Projet Common Voice : pour que la voix soit libre

framasoft
, 19/12/2018 | Source : Framablog - Mozilla

On nous demande souvent comment contribuer au Libre sans être un cador en informatique. Voici un projet utile, d’une grande importance et auquel il est très simple de contribuer : il suffit de savoir lire, parler et écouter. On vous explique tout.

On voit émerger à grande allure des objets avec lesquels l’interaction repose sur la reconnaissance vocale : smartphones, assistants connecté, dispositifs de réalité virtuelle…Selon les experts de ce marché, 50 % des recherches toutes plateformes confondues passeront par la voix d’ici 2 à 3 ans. Quant aux objets dits « intelligents », ils atteignent pour les pays favorisés un niveau de prix qui les rend accessibles à un nombre croissant de consommateurs. On peut trouver dès aujourd’hui dans la grande distribution des « enceintes connectées » à l’écoute de vos questions pour moins de 100 euros… Autant dire que ces produits sont en passe d’être des objets de consommation de masse.

Les services vocaux, au-delà des fonctions d’espionnage qui suscitent la méfiance, apporteront des avantages sensibles aux usages numériques du grand public. Ils abaisseront la barrière d’accès à des fonctionnalités utiles pour les personnes handicapées, en difficulté avec la lecture, dont les mains sont occupées ou pour celles qui ont besoin d’assistance immédiate. Dans bien des cas de figure il est ou sera plus efficace ou rapide d’utiliser la voix plutôt qu’une interface tactile ou souris/clavier1

quel est le problème, demande le personnage de BD

Le problème hélas a un air de déjà-vu : aujourd’hui les systèmes de reconnaissance vocale sont essentiellement propriétaires et reposent sur 4 ou 5 bases de données vocales propriétaires : Cortana (Microsoft), Siri (Apple), Google Now (Google), Vocapia Research (VoxSigma suite)… En d’autres termes, tout est prêt pour assurer à quelques géants du numérique, toujours les mêmes, une suprématie commerciale et technologique. Et l’histoire récente prouve qu’ils n’hésiteront pas longtemps avant de capter les données les plus précieuses, celles de notre vie dans la bulle privée de notre habitation.

Il se trouve qu’un projet qui repose sur des ressources libres (données et code informatique) a été lancé par l’un des acteurs majeurs du monde du Libre : la fondation Mozilla.

Pourquoi Mozilla s’en mêle ?

Parmi les principes qui guident Mozilla et qu’on retrouve dans son manifeste, la santé d’un Web ouvert et l’inclusivité sont des valeurs essentielles. Cette ressource numérique dont l’usage est appelé à se développer rapidement doit être à la disposition du plus grand nombre, à commencer par les entreprises innovantes (déjà sur la brèche par exemple Mycroft et Snips) qui n’ont pas les moyens financiers d’accéder aux bases propriétaires et qui seraient tout simplement marginalisées par les grandes entreprises. Au-delà, bien sûr, c’est pour que des produits reposant sur la reconnaissance vocale soient accessibles à tous, quelle que soit leur langue, leur genre, leur accent local etc.

De quoi s’agit-il ?

De constituer la plus riche base possible d’échantillons sonores qui seront mis à la disposition des développeurs sous une licence libre (licence CC0). Le projet global s’appelle Deep Speech et Mozilla fait travailler des ingénieurs à traiter les données collectées avec des algorithmes, et ainsi alimenter un dispositif d’apprentissage machine.

Comment ça peut marcher ?

Ici nous tentons une description simple donc forcément approximative…

Un réseau de neurones va « apprendre » si…

  1. On donne à la machine des fichiers audio en entrée
  2. On calcule la sortie, c’est-à-dire le texte
  3. On compare au texte d’origine et… ben non c’est pas tout à fait ça.
  4. On ajuste un petit peu des millions de paramètres internes pour essayer de se rapprocher de la sortie voulue
  5. On répète sur des milliers d’heures…
portrait d’Alexandre Lissy ingénieur chez Mozilla

Alexandre Lissy, ingénieur Mozilla qui travaille au bureau de Paris pour le projet Deep Speech. Les autres membres de l’équipe sont à Berlin, au Brésil et à San Francisco… (Photo de Samuel Nohra publiée dans Ouest France)

Pourquoi est-ce difficile à réaliser ?

  • L’entraînement des machines et la transcription nécessitent une grosse puissance de calcul.
  • Un nombre très important d’heures d’enregistrements valides est nécessaire pour que la reconnaissance vocale soit la plus efficace possible. C’est une somme d’environ 10 000 heures qui est considérée comme souhaitable pour obtenir un résultat.
  • Il existe peu de gros jeux de données publiquement accessibles en CC0 pour construire des modèles de reconnaissance 100 % libres.

Les principes de Common Voice

Tout d’abord le projet est mondial et vise à fonctionner pour le plus grand nombre de langues possible. Le projet est assez récent et pour l’instant, 16 langues seulement sont actives dont bien sûr le Français. On remarque que le projet a de l’importance pour les langues qui peuvent se sentir menacées : le Catalan, le Breton et le Kabyle par exemple sont déjà lancés !

Mais euh… On n’en est que là nous autres les francophones ? Vous avez compris : il est temps de nous y mettre tous ! (copie d’écran de la page des langues)

 

C’est aussi un projet inclusif pour lequel les intonations diverses sont bienvenues, avec une insistance particulière des ingénieurs responsables du projet pour qu’il y ait une grande diversité de voix : locuteurs et locutrices, de tous âges, avec tous les accents régionaux (oui les accents du sud, du nord etc. sont tout à fait bienvenus, une trentaine d’accents sont retenus), car les machines devront traiter la voix pour le plus grand nombre et pas exclusivement pour une prononciation standard appliquée. il est important de prononcer distinctement, mais le projet n’a pas besoin de textes déclamés professionnellement par des acteurs.

C’est surtout un projet communautaire  et collaboratif. Il s’est construit dès le départ avec la communauté Mozilla  et ses contributeurs et contributrices. Il fait maintenant appel à la communauté plus large de… tous les francophones. Car comme vous allez le voir, tout le monde 2 peut y participer !

Simplicité de la contribution

Le mode d’emploi détaillé figure dans cet article de blog de Mozilla francophone. Mais pour l’essentiel, avec un micro-casque de qualité ordinaire vous pouvez :

1. PARLER

et enregistrer tour à tour une série de 5 brèves phrases

 

copie d’écran enregistrer des phrases lues sur l’écranPas d’inquiétude : on peut choisir « passer » avec un bouton dédié si on rencontre une difficulté de compréhension, prononciation ou autre. Et bien entendu si en se réécoutant on constate que ça peut être mieux, un simple clic permet de recommencer.

 

2. ÉCOUTER

pour valider ou non une série de 5 phrases

copie d’écran valider ou non les phrases entendues

Vous vous demandez peut-être d’où viennent tous ces textes parfois bizarres qu’on doit lire à haute voix ou écouter. Eh bien ce sont des textes dont la licence permet l’utilisation, qui viennent de transcriptions de débats de l’assemblée Nationale, de quelques livres du projet Gutenberg, de quelques pièces de théâtre, d’adresses françaises… Ah tiens, mais s’il faut enrichir la base, les romans de Pouhiou et celui de Frédéric Urbain publiés chez Framabook sont en CC0 ! Ça pourrait donner des phrases de test assez rigolotes.

Quand t’as eu des hémorroïdes, tu peux plus croire à la réincarnation.

Vingt-cinq ans, j’ai été bignole. Vous pensez si je retapisse un poulet.

Le coin des pas contents

Ah et puis ça ne va pas rater, les chevaliers blancs du Libre ne vont pas manquer d’agiter leur drapeau immaculé, donc on vous le dit d’avance : oui malheureusement la page de Common Voice contient du Google Analytics. ublock origin et la page commonvoiceEt oui encore, amis sourcilleux sur les licences libres, la CC0 va permettre la réutilisation commerciale des voix enregistrées bénévolement. C’est dommage ou pas de placer un travail collectif sous une licence très permissive ?

Cliquez sur l’image pour parcourir la page d’informations sur la CC0

 

À vous de jouer !

Chaque contribution est précieuse, surtout si elle est réitérée un grand nombre de fois ;-) Pour s’encourager, on peut suivre la progression des objectifs quotidiens, et certain⋅e⋅s ne manquent pas de se prendre au jeu…

un contributeur content de son score

Vous l’avez compris, ce projet réclame une participation massive pour avancer, alors si chacun y contribue ne serait-ce que modestement, nous pourrons dire que la voix est libre !

Liens utiles

Travailler avec plusieurs Firefox simultanément

Mozinet
, 20/08/2018 | Source : BlogZiNet

Pour ouvrir une seconde instance de Firefox (le même en parallèle, bêta, Developer Edition ou Nightly) en même temps que l’instance de Firefox en cours d’exécution, il faut créer un second profil.

Choisissez un profil utilisateur

Pour Windows, le plus simple, c’est de copier le raccourci vers Firefox (ou Nightly ou Developer Edition) et d’y mettre comme cible (après un clic-droit sur l’icône puis un clic sur Propriétés) :

"C:\Pro­gram Files\Mozilla Fire­fox\fire­fox.exe" -no-remote -p nom_du_profil

À personnaliser avec le chemin vers le dossier d’installation du Firefox en cause et avec le nom du profil choisi dans le gestionnaire de profils lors de sa création.

Propriétés de Firefox

Vous pouvez aussi saisir le code ci-dessus dans la boîte Exécuter de Windows (touche Windows+R).

Avec Exécuter, lancer Firefox avec un profil

À noter que le code ci-dessus sans le nom du profil ouvre le gestionnaire de profils dans le contexte d’une utilisation en parallèle de plusieurs instances de Firefox.

"C:\Pro­gram Files\Mozilla Fire­fox\fire­fox.exe" -no-remote -p

Aller plus loin

N. B. : ce code marche aussi avec Thunderbird et SeaMonkey.

Assistance de Firefox :

Télécharger Firefox :

Sources et références

Première version du billet : Travailler avec plusieurs Firefox simultanément – 2 juin 2011

Couverture de Mozilla fr des 20 ans de Mozilla

Mozinet
, 05/04/2018 | Source : BlogZiNet

#20ansMozilla #MozillaTurns20

20 years of Mozilla at Mozilla Paris Les publications se sont souvent faites selon la méthode La Rache, trait culturel de Mozilla avant même l’origine. Nous avons eu les projets de Mozilla en partie peu de temps avant, en partie au dernier moment et en partie au moment de leur publication comme tout le monde.

La concomitance avec le week-end de Pâques n’a pas aidé.

C’est surtout Christophe Villeneuve et moi-même qui avons œuvré pour rédiger, planifier et publier nos messages sur le blog et les réseaux sociaux communautaires.

La communication s’est axée sur :

Surtout Twitter

En plus de l’annonce de ces billets, le cœur de la communication sur les réseaux sociaux a été la traduction des tweets de @Mozilla avec Gif animés présentant les ajouts au Manifeste pour confectionner un Moment et la sélection de 32 événements emblématiques de l’histoire de Mozilla pour être publiés sur le compte @mozilla_fr chez Twitter.

En capitalisant sur le recensement des jalons emblématiques de l’histoire de Mozilla fait depuis plusieurs années par le groupe comm, nous avons choisi les événements plus un ou deux liens et une image d’illustration. J’ai rédigé les tweets dans la nuit du 30 au 31. Christophe les a programmés samedi matin (31) pour une publication toutes les 20 minutes de 8 à 19 h. Après 21h, le Moment reprenant les 32 tweets de la journée a été publié.

Le 1er avril, Christophe a repris tous les messages pour les mettre dans un billet de blog que j’ai publié. Nous l’avons annoncé sur les réseaux le 2 en milieu de journée.

Les publications du week-end sur @firefox_fr (3), Mastodon (5) et Facebook (3) ont été beaucoup moins nombreuses.

Il y a donc eu 55 messages publiés sur tous nos réseaux.

Statistiques

Les statistiques ont montré une bonne pénétration des messages. Ainsi sur Facebook, les 3 messages sur les 4 jours du week-end pascal ont représenté 37 % de la portée totale du mois et 17 % des engagements.

Sur @firefox_fr, le week-end a fait 29 % des vues de tout le mois et 34 % du mois précédent ce rush. Les publications du week-end ont eu 10 fois plus de portée que celles du week-end de 2017 correspondant.

Sur @mozilla_fr, le week-end a fait 47 % des vues de tout le mois et 85 % du mois précédent ce rush. Les publications du week-end ont eu 2,6 fois plus de portée que celles du week-end de 2017 correspondant.


Qu’en pensez-vous ?


Crédit photo : Mozilla Paris via Twitter.

Astuce : poster une photo sur Instagram sur Firefox en 2 clics

Mozinet
, 04/01/2018 | Source : BlogZiNet

Instagram interdit de poster des photos depuis son site web sur les ordinateurs de bureau. En utilisant les outils de développement de Firefox sur ordinateur, vous pouvez poster sur Instagram en 2 mouvements sans rien installer de plus.

En mai, je vous indiquais comment poster sur Instagram en installant une extension qui change l‘user-agent de votre Firefox de bureau. Aujourd’hui, Presse-Citron explique une nouvelle méthode pour Chrome. Bonne nouvelle ! Elle fonctionne dans Firefox.

Ouvrez Instagram et connectez-vous. Vous pouvez vérifier qu’il n’y a pas de bouton pour poster une photo.

Instagram sur Firefox pour ordinateur de bureau

Appuyez sur Ctrl+Maj+M pour ouvrir la vue adaptative. Toujours pas de bouton.

Instagram : Firefox Ctrl+Maj+M et 1er clic

Cliquez sur « Aucun appareil sélectionné » et choisissez un modèle dans la liste. Tada !

Instagram : 2e clic et bouton

Vous n’avez pas toutes les options de l’application mobile, mais vous pouvez poster vos photos travaillées sur votre PC ou Mac.

Mozilla fr comm novembre 2017 (2017-11)

Mozinet
, 27/12/2017 | Source : BlogZiNet

Toujours en recherche de moyens de partager utiles et pas trop chronophages, je m’essaie à un nouveau format de blogage mensuel. Ce sera un peu comme une newsletter de la comm de la communauté Mozilla francophone (et un peu plus). N’hésitez pas à me dire si ça vous est utile et ce que vous pensez de ce premier numéro.

Sommaire : Sortie de Firefox Quantum | Calendrier de l’Avent | Hackathon WebExtensions | Neutralité du Net | Campagnes de dons de fin d’année | Liens comm hebdomadaires | Articles | Liens comm Mozilla fr | À propos de Mozilla francophone | À propos de Mozinet

Sortie de Firefox Quantum

Le 14 novembre est sortie la version 57 – nommée Quantum, Mozilla ne communiquant jamais sur les numéros de version – de Firefox qui a été voulue comme un palier majeur du point de vue des nouveautés comme de celui de la communication.

Mozilla a communiqué principalement sur la vitesse (voir les vidéos de Firefox).

Notez que Mozilla a fait de la pub aux États-Unis et en Allemagne, marchés privilégiés.

Réseaux sociaux – Mozilla Social Champions

En coordination avec les Mozilla Social Champions, un groupe de discussion pour les Mozilliens qui communiquent sur Mozilla sur les réseaux sociaux avec les employés marketing-communication de Mozilla, nous avons communiqué via nos réseaux sociaux grâce à la riche iconographie produite par Sean Martell, le Lead Visual Designer de Mozilla, et les GIF, images et vidéos produites par la comm de MoCo.

Soirée de sortie de Firefox Quantum à Mozilla Paris

Un hashtag #newFirefox, localisé, avait été proposé, mais je ne pense pas qu’il ait eu un grand succès en dehors des comptes liés à Mozilla.

Le Nouveau Firefox est arrivé : Firefox Quantum
(sur la chaîne YouTube de Firefox)

Release Party

Quelques photos de la Soirée de sortie de Firefox Quantum à Mozilla Paris :

Soirée de sortie de Firefox Quantum à Mozilla Paris

Assistance : forums & SUMO

Les forums de Geckozone ont vu une multiplication des demandes d’assistance des utilisateurs. Ses répondants habituels ont appelé à l’aide pour répondre aux questionneurs.

Les bénévoles de SUMO se sont aussi mobilisés pour traduire les mises à jour de l’aide officielle de Mozilla à temps pour Firefox Quantum. Merci à eux tous !

Voir depuis : J’ai un problème avec Firefox ! et comment y remédier.

Revue de presse

J’ai publié une revue de presse francophone de Firefox Quantum avec extrait et gras pour les passages importants. Belle couverture de la presse IT en ligne comme pas vue depuis longtemps. Dommage de ne pas avoir eu de dépêche AFP pour une reprise dans la presse généraliste.

Calendrier de l’Avent

Nous avions pensé publier chaque jour jusqu’à Noël selon la tradition commerciale un article de blog pour présenter un projet à l’intérieur du projet Mozilla global. Le faible retour de la communauté et le temps passé en novembre sur la préparation, la sortie de Quantum et ses suites ne nous ont pas permis de réaliser ce projet en décembre. On le garde sous le coude.

Hackathon WebExtensions

Le 17 novembre, j’ai assisté au Meetup introductif au hackathon WebExtensions du lendemain en soutien à Christophe “Hello” Villeneuve qui l’organisait : quelques photos, article d’annonce, article de retour.

Meetup-hackathon WebExtensions à Mozilla Paris

Neutralité du Net

Sylvestre Ledru, « responsable de Mozilla France », a donné une interview à France 24 : Neutralité du Net : l’égalité numérique mise à mal aux États-Unis par l’administration Trump.

Campagnes de dons de fin d’année

J’ai initié une discussion sur le partage de campagnes de financement d’organisations apparentées :

Depuis quelques années nous avons une bannière de soutien à la Quadrature du Net sur notre page d’accueil https://mozfr.org

À la demande de participants au projet Tails, j’ai rédigé un billet de blog soulignant les liens de cette organisation avec Mozilla et nos valeurs communes https://blog.mozfr.org/post/2017/11/Tails-a-besoin-de-vous

Lors d’un des derniers événements, on m’a aussi suggéré de faire un article sur la collecte de dons du projet Tor que double Mozilla cette année.

Donc, je vous demande ce que vous en pensez globalement et pour chaque projet. Voyez-vous d’autres collectes et d’autres organisations à mettre en avant sur le site, sur le blog et/ou sur nos réseaux sociaux ?

La Quadrature du Net, Framasoft, l’April et Nos Oignons ont été proposés et, en plus des supports habituels, des posts de forum, une vidéo et un bandeau tournant sur la page d’accueil ont été suggérés. Mais aucun volontaire ne s’est proposé pour les mettre en œuvre.

Voir le Projet Collectes de dons sur GitHub et le mot-clé Don.

Le 29 novembre, j’ai republié le courriel de Mark Surman, directeur général de la fondation Mozilla, d’appel aux dons : Mozilla a besoin de vos dons.

Les articles sont repoussés régulièrement sur les réseaux sociaux de Mozilla fr.

Liens comm hebdomadaires

Chaque semaine, nous partageons les liens repérés la semaine précédente et qui peuvent s’avérer utile pour la comm. Voici ceux de novembre :

Réseaux sociaux

Développer votre communication grâce aux réseaux sociaux – 16 oct. 2017 – Noémie Pruvot – Orange Professionnels

Votre nom peut désormais être composé de 50 caractères sur Twitter – 10 nov. 2017 – Next INpact

Page Facebook : 4 raisons qui expliquent votre manque d’engagement – 23 nov. 2017 – Danilo Duchesnes – Journal du CM

Découvrez vos centres d’intérêt, selon Facebook – 21 nov. 2017 – Thomas Coëffé – Blog du Modérateur

Données personnelles : la responsabilité d’une société face à sa page « Fan » sur Facebook – 24 oct. 2017 – Marc Rees – NextINpact

Confiance

Digital : la méfiance gagne les Français – 20 oct. 2017 – Thomas Coëffé – Blog du Modérateur

Recherche

Recherche vocale : du moteur de recherche au moteur de réponse – 31 oct. 2017 – Flavien Chantrel – Blog du Modérateur

Rédaction

Les blogueurs misent sur la qualité et obtiennent de meilleurs résultats – 7 nov. 2017 – Thomas Coëffé – Blog du Modérateur

Majuscule ou minuscule : maîtrisez une fois pour toutes leurs règles ! – 26 oct. 2017 – Alice Develey – Le Figaro

Site web

Passer son site web en HTTPS ? Pourquoi et comment en 10 étapes [Infographie] – 16 nov. 2017 – François Mathieu – orson.io

Ressources

Vidéos libres de droits : 3 sites pour télécharger des vidéos gratuitement – 7 nov. 2017 – Thomas Coëffé – Blog du Modérateur

Articles

6 articles comm

Liens comm Mozilla fr

À propos de Mozilla francophone

La communauté Mozilla francophone ou Mozilla fr est un ensemble de bénévoles adhérant aux valeurs et principes éthiques de la fondation Mozilla, en charge du projet Mozilla et en particulier du célèbre navigateur Firefox. Ces bénévoles œuvrent à faire progresser la mission de Mozilla par des contributions en programmation informatique ou non. La communauté Mozilla francophone intervient notamment dans la traduction :

La communauté utilise des outils pour :

La communauté serait heureuse de vous compter parmi ses membres actifs.

À propos de Mozinet

Pour ce qui concerne Mozilla, je suis référent communication pour la communauté Mozilla francophone (coordination et planning, rédaction d’article, réseaux sociaux, etc.). Je participe à la traduction en français de l’assistance de Mozilla où je suis vérificateur de la langue. Je coordonne des traductions juridiques sur les prises de position politiques de Mozilla. Sous la bannière MozillaZine-fr, je participe au site et publie en français l’actualité de Mozilla sur Twitter. En savoir plus…

Twitter Mastodon YouTube Flickr

À bientôt pour l’édition de décembre !

Firefox Night-club, entrée libre !

framasoft
, 04/07/2017 | Source : Framablog - Mozilla

Aujourd’hui c’est un peu spécial copinage, mais pourquoi pas ? Ils ne sont pas si nombreux les navigateurs web à la fois open source, grand public et à la pointe des technologies, respectueux des personnes qui les utilisent et de leurs données, distribués en langue locale à peu près partout dans le monde, pour toutes les plateformes, etc.

Il est temps de considérer que c’est une ressource précieuse pour tous (et pas seulement pour la communauté du libre).

– D’accord, mais comment y contribuer lorsqu’on est seulement utilisateur ou utilisatrice ?

Pascal Chevrel qui répond aujourd’hui à nos questions nous présente une version de Firefox trop peu connue mais qui mérite toute notre attention et même notre implication : Firefox Nightly

Bonjour Pascal ! Commençons par le début : peux-tu te présenter ?
Bonjour, Parisien, 45 ans, je suis impliqué dans le projet Mozilla depuis pratiquement sa création et je travaille à plein temps pour Mozilla depuis 11 ans. De formation plutôt économique et linguistique, j’ai longtemps travaillé sur l’internationalisation des sites web de Mozilla, l’animation de communautés de traducteurs et le développement d’outils de suivi et d’assurance qualité de nos traductions. Depuis un an, j’ai quitté mes précédentes fonctions pour rejoindre l’équipe Release Management qui est chargée d’organiser et de planifier les livraisons de Firefox. Dans ce nouveau contexte, au sein du département Product Integrity, je suis maintenant responsable du canal Nightly de Firefox.

L’équipe de Release Management chez Mozilla. Tiens, il n’y a pas que des mecs ;-)

 

Alors, je doute que beaucoup des personnes qui nous lisent sachent ce qu’est exactement Nightly, tu peux nous en dire plus ?
Nightly est la version alpha de Firefox, chaque jour nous compilons Firefox avec les modifications apportées par les développeurs la veille à notre code source et nous proposons cette version de Firefox au téléchargement afin de recevoir des retours sur l’état de qualité du logiciel.

Quel est l’intérêt pour moi, péquin moyen, d’utiliser Nightly ?
Pour un internaute lambda, pas forcément à l’aise avec l’informatique, il n’y a effectivement aucun intérêt à utiliser Nightly. Les utilisateurs « ordinaires » sont encouragés à utiliser le canal Release qui est la version finale grand public et pas une version alpha ou bêta de Firefox.

Pour un utilisateur averti, utiliser Nightly signifie avoir accès à une version de Firefox qui plusieurs mois de développement d’avance sur la version finale et donc de pouvoir utiliser des fonctionnalités auxquelles n’ont pas encore accès les utilisateurs de Firefox. Depuis plusieurs mois, nous faisons un gros travail de modernisation et de nettoyage du code source de Firefox afin d’améliorer ses performances, les utilisateurs de Nightly ont donc accès à un navigateur beaucoup plus performant que la version grand public.

Pour un utilisateur averti et sensible aux valeurs véhiculées par Mozilla et par le logiciel libre, c’est aussi le meilleur moyen de participer à un projet de logiciel libre lorsque l’on a pas de temps à investir dans des activités de bénévolat. Le simple fait d’utiliser Nightly est une aide plus que précieuse au développement de Firefox car Nightly envoie par défaut des données de télémétrie et les rapports de plantage à nos développeurs qui peuvent ainsi repérer immédiatement toute nouvelle régression.

Attends ! Ça veut dire que vous préparez toutes les nuits une nouvelle version de Firefox ? ! Elle doit être pleine de bogues ! Ça marche vraiment ton machin ?
Toutes les nuits en effet (d’où son nom de Nightly), nous compilons Firefox avec le code de la veille, dans toutes les langues, pour tous les systèmes d’exploitations que nous supportons, en 32 comme en 64 bits. Toutes ces versions (builds) doivent passer notre batterie de tests automatisés qui valident un niveau de qualité minimal. Évidemment, c’est une version alpha, donc moins stable, elle peut planter plus facilement qu’une version destinée au grand public…

Ceci dit c’est très utilisable, j’utilise des nightlies depuis 2002 et les véritables problèmes sont rares. Lorsqu’un vrai problème passe entre nos filets, en général la télémétrie nous en informe en quelques heures et nous livrons une deuxième nightly dans la journée pour le régler ou fournir une solution d’atténuation de l’impact causé par le bug (retour arrière sur le patch fautif, désactivation temporaire d’une nouvelle fonctionnalité si le retour arrière n’est pas possible).

Et si j’installe Nightly, ça veut dire que ça me remplace mon Firefox habituel ? Et mes favoris et mots de passe enregistrés ?

Déjà, on dit marque-page, « favori » c’est de la terminologie Microsoft, je peux avoir dans mes marque-pages le site des impôts, ça ne veut pas dire que ce soit un des mes sites favoris ;)

On peut tout à fait installer Nightly à côté d’un Firefox classique, la chose importante est de ne pas leur faire partager le même profil de données. Le plus simple est d’installer Nightly dans un nouveau profil et de synchroniser les données (marque-pages, historiques, mots de passe…) entre les deux versions via Firefox Sync, notre service de synchronisation de données.

Histoire de bien comprendre : je dois télécharger Nightly tous les matins pour profiter des dernières mises à jour ?

Non, Nightly se met à jour en arrière-plan tout seul, lorsque la nouvelle version est disponible et peut être installée, une petite flèche verte apparaît sur l’icône de menu et il suffit de cliquer dans ce menu sur un bouton qui appliquera la mise à jour, ce qui se traduit concrètement par la fenêtre qui se ferme et se rouvre en quelques secondes.

Allez, fais-nous rêver : c’est quoi les nouvelles fonctionnalités attendues ?
En novembre, nous allons sortir une mise à jour majeure de Firefox, la plus grosse mise à jour du logiciel depuis 2011. Nous travaillons à une modernisation importante du moteur de rendu des pages (Gecko) en intégrant des parties mûres de notre autre moteur de rendu en R&D, Servo. Ce moteur est écrit dans un nouveau langage informatique très performant, Rust, les gains attendus en termes de performances sont importants. Ce projet de modernisation des fondations s’appelle Quantum. Il s’agit d’un projet proprement titanesque sur lequel plusieurs équipes de développeurs travaillent à plein temps depuis plusieurs mois, la version de novembre intégrera les premiers fruits de ce travail.

Nous travaillons aussi à une modernisation de l’interface actuelle de Firefox avec notre équipe d’ergonomes et de designers afin d’améliorer aussi l’interaction avec l’utilisateur, ce projet s’appelle Photon. Tu peux voir à quoi ressemblera Firefox d’ici quelques mois en parcourant ce diaporama illustré d’aperçus de la future interface.

La mascotte du projet Photon/Quantum

Tous les travaux en cours sur Quantum et Photon ne sont disponibles que sur Nightly, les amateurs de performances et de design peuvent donc avoir accès en avant première à ces avancées.

En termes de fonctionnalités spécifiques à Nightly, la gestion d’identité multiples dans une même session (qui permet d’avoir des onglets « boulot » et des onglets « perso » par exemple) semble être la nouveauté la plus appréciée de nos utilisateurs sur ce canal.

Bon si c’est pour avoir une version toute en anglais, merci bien !
Nous proposons Nightly dans toutes nos langues, il est donc disponible au téléchargement en français. Évidemment, pour les nouvelles fonctionnalités, il faut parfois attendre quelques jours pour voir celles-ci en français dans l’interface, il arrive donc parfois que certaines phrases ou items de menu soient en anglais. Mais c’est rare, les traducteurs veillent au grain.

Cliquez sur l’image pour avoir le grand poster (attention gros fichier de 4,2 Mo)

 

Excellent ! Nightly, j’en veux © Je fais comment ?
Mozilla fournit des binaires pour Windows, Mac et Linux à cette adresse : https://nightly.mozilla.org. La seule difficulté à l’installation par rapport à un Firefox pour le grand public est qu’il faut créer un profil de données séparé si l’on veut installer Nightly à côté d’un Firefox déjà installé et pas le remplacer. Nous travaillons sur notre installeur pour qu’à l’avenir, ce profil séparé soit créé automatiquement sans intervention de l’utilisateur mais ce ne sera probablement pas effectif avant 2018.

Notre wiki contient des informations détaillées (mais en anglais) sur l’installation de Nightly selon son système d’exploitation, dont un screencast pour Windows.

Mais au fait, ça fait quand même beaucoup, beaucoup d’énergie dépensée par Mozilla pour une version de Firefox plutôt méconnue. C’est quoi votre intérêt ?

Pour développer Firefox qui est un projet de grande envergure (des centaines de développeurs, une base de code très importante, près de 100 langues et 4 systèmes d’exploitation pris en charge…), il faut le compiler tous les jours et avoir une infrastructure d’intégration continue en place, il était donc logique de proposer ces versions (que nous utilisons déjà en interne) à nos utilisateurs afin de pouvoir bénéficier d’un bêta test externe qio réponde à des questions comme : est-ce que le site de ma banque en Belgique fonctionne avec ? Est-ce que la traduction est bonne ? Est-ce qu’il est stable sur ma configuration ?…

Cela représente donc un investissement mais avoir une version dédiée au bêta-test communautaire est fait partie (ou devrait faire partie) de tout projet de logiciel libre communautaire.

Au fait, beaucoup de gens l’utilisent ?
Trop peu de gens utilisent Nightly, essentiellement les employés Mozilla et notre communauté de bénévoles les plus impliqués dans le projet Mozilla, quelques dizaines de milliers de personnes dans le monde. Cela peut sembler beaucoup dans l’absolu mais c’est en réalité assez faible car le Web est immense, les configurations matérielles sur lesquelles tournent Firefox sont des plus diverses dans le monde et nous n’avons pas aujourd’hui assez de retours d’utilisation (que ce soit la télémétrie ou des rapports de bugs plus formels) afin de prendre les meilleures décisions de développement.

Nous recherchons donc des utilisateurs mais bien sûr nous sommes très clairs sur le fait que Nightly est destiné à un public plus à l’aise avec l’informatique que la moyenne et prêt à accepter des changements de comportement ou d’interface du logiciel au jour le jour avec en contrepartie l’accès en avant-première à des fonctionnalités innovantes.

Si vous voulez aider Mozilla, que vous êtes à l’aise avec l’informatique, utiliser Nightly à la place ou à côté de votre navigateur actuel (qui n’a pas à être Firefox) est probablement le moyen le plus simple de participer au projet.

Donc, même si je n’y connais rien de rien en logiciel libre, en code, et tous les autres trucs techniques, rien qu’en utilisant Nightly, je fais avancer le schmilblick ?
Si vous êtes à l’aise avec l’informatique (en gros, si vous savez installer et désinstaller un logiciel sans faire appel à la cousine en école d’ingénieur), simplement utiliser Nightly aide énormément Mozilla et les développeurs de Firefox.
Nous avons aujourd’hui une qualité de Nightly qui est suffisante pour de très nombreux utilisateurs sans connaissances techniques particulières.

Si je vois des trucs qui clochent, je le signale où et comment ? Parce que moi le bugzilla, comment dire
Pour les francophones, le plus simple est d’expliquer ce qui cloche dans nos forums de mozfr à cette adresse : https://forums.mozfr.org/viewforum.php?f=24
S’il s’avère que c’est effectivement un problème dont nous n’avons pas connaissance, nos modérateurs les plus anglophiles se chargeront d’ouvrir un ticket sur Bugzilla et d’agir comme intermédiaires avec les développeurs. Je passe sur le forum moi-même deux fois par semaine.

Et si je suis un développeur, et que les mots « code source », « mercurial », « bugzilla » ou « RTFM » me parlent, je peux aider quand même ?

Si vous êtes développeur non seulement vous pourrez rapporter des bugs directement dans Bugzilla mais on peut aussi vous aider à écrire le patch pour résoudre ce bug ! Il y a d’ailleurs une vingtaine de développeurs Firefox qui sont francophones si l’anglais vous fait un peu peur.

Les développeurs mais aussi les utilisateurs les plus techniques peuvent ouvrir des bugs et faire une recherche du patch qui a causé une régression grâce à l’outil mozregression

Tiens une question qu’on nous pose souvent, qui peut paraître hors sujet, mais en fait pas du tout : qu’est-ce que je peux dire à mon cousin qui utilise Google Chrome, afin qu’il envisage de passer à Firefox ?

Il n’y a pas de réponse unique à cette question car pour cela il faudrait savoir pourquoi il utilise Chrome. Si ton cousin est sensible au respect de sa vie privée, utiliser Firefox va probablement de soi. Si ce qui importe pour lui ce sont les performances, alors Nightly est certainement dans la course avec Chrome, voire plus performant sur certaines activités, ce n’a pas toujours été le cas donc c’est important à souligner. S’il est un utilisateur compulsif d’onglets, la gestion des onglets de Nightly est certainement plus riche et performante que celle de Chrome ; avoir une session avec plusieurs centaines d’onglets ouverts sur une machine récente ne pose aucun problème sous Nightly.

Je pense que de nombreux utilisateurs qui sont passés de Firefox à Chrome il y a quelques années seraient très surpris des avancées (performances, ergonomies, fonctionnalités) que nous avons intégrées dans Firefox. C’est encore plus vrai pour Nightly et je reçois quasiment quotidiennement du feedback d’utilisateurs Chrome passés avec bonheur à Nightly, C’est très encourageant pour notre grosse livraison 57 en novembre évidemment. Le magazine en ligne américain CNET a publié en juin un article intitulé « New speed boost means maybe it’s time to try Firefox again » plus qu’élogieux et ils n’ont testé que la version grand public 54. Nightly qui est en 56 est déjà bien plus performant.

Merci Pascal ! Un dernier mot ? Ou une question que tu aurais aimé qu’on te pose ?

Un grand merci à toi pour l’intérêt que tu portes à Firefox, Mozilla et mon travail sur Firefox Nightly ! Merci aussi pour le travail de vulgarisation que fait Framasoft en ce qui concerne le logiciel et la culture libre. Firefox est l’outil qui permet à Mozilla d’avoir un impact sur le Web. Étant donné le travail que fait Framasoft sur la décentralisation et de dégooglisation du web, les lecteurs de cet article seront peut être intéressés par cette récente annonce de Mozilla dans laquelle nous annonçons un budget de 2 millions de dollars dédié à financer les projets de décentralisation du Web.

… et le slogan du blog de Nightly pour le mot de la fin :
Améliorons ensemble la qualité, version après version (Let’s improve quality, build after build !)

 

Ma maman a voulu un smartphone...

Genma
, 09/06/2017 | Source : Le blog de Genma

Lors d'un repas du dimanche, ma maman me dit "J'aimerai bien pouvoir aller sur Internet depuis mon téléphone, je peux ?" Comme ma maman a un téléphone Nokia de base, solide mais de base depuis des années, et voit bien que ses enfants ont eux des téléphones avec un écran "un peu plus grand", ça question sous-entend qu'elle aimerait bien elle aussi, avoir un smartphone. Réaction de mon papa, un ours, qui vit dans son terrier et qui n'a jamais succombé au téléphone avec fil (il ne décroche quasiment jamais) "Pourquoi faire ?". Réponse de ma maman : "Pour aller sur Internet sans avoir à allumer l'ordinateur d'en haut (une tour que je leur ai donné, qui est de ce qui était mon ancienne chambre), pour aller regarder ou chercher des choses rapidement". Ma maman a un forfait Freemobile, sait faire des recherches sur le web et sait donc que son forfait lui permettra d'aller sur Internet sans surcoût. Elle a donc la maturité et surtout l'envie et la volonté d'apprendre et de s'approprier une nouvelle technologie, que je ne peux donc que l'encourager et l'accompagner...

Quel smartphone ?

De part mes activités geek avec feu Firefox OS, j'ai encore dans un coin des ZTE Open C. J'en ai un qui est resté sous la dernière version de Firefox OS. Et un autre que j'avais passé sous Cyanogen Mod version 12 ou 13 (équivalent de Android 6.0 Marshmallow). Conservés avec la batterie chargée, les deux téléphones s'allument et s'en suit alors un dilemme personnel : lequel des deux donner à ma maman ? Celui sous Firefox OS ou celui sous Cyanogen Mod ? Je mets fin rapidement au suspens...

Après réflexion, ce sera celui sous CynogenMod.

Il y a plusieurs raisons à cela. Sous Cyanogen, j'avais mis FDroid, il n'y a aucune couche ou référence quelconque ou application relative à Google. Elle aura donc un téléphone respectueux de ses données personnelles, dans la limite du hardware qui n'est pas libre (mais dans ce cas là, on n'a pas de téléphone). De plus mon idée est qu'elle ait des applications au plus près de celles que j'utilise au quotidien, afin que, si j'ai à faire du support à distance, je puisse lui dicter les manipulations à faire en me référant à mon propre téléphone. Firefox OS a une ergonomie peut être plus simple et intuitive, mais il faudrait alors que je fasse appel à mes lointains souvenirs...

Ma maman pourra s'habituer à l'ergonomie d'Android, du moins les bases et quand elle aura changer de téléphone (le ZTE Open C étant devenu dépassé pour ses besoins). De plus, Firefox sous Cyanogen est le même Firefox (dans sa dernière version) que celui sous Android. Alors que le Firefox de Firefox OS a quelque version de retard et est donc devenu un navigateur obsolète.

Pour les SMS, je lui ai mis Silence, l'application que j'utilise au quotidien. Et de ce fait ma maman pourra enfin échanger des SMS avec moi de façon sécurisé ! MamanGenma se radicalise sur les ZInternet du coup.

La suite

Je ne pense pas rédiger d'ici tôt un article expliquant que j'ai créé un compte pour ma maman sur mon instance personne de OwnCloud pour qu'elle puisse avoir un agenda et des contacts qu'elle synchronise, mais sait on jamais. Peut être qu'en lui donnant ce smartphone, je vais ouvrir une boîte de Pandore ? Seul l'avenir nous le dira. A suivre...