MozFR

Little overview of community builds for firefox os and ZTE Open C

Extract from https://discourse.mozilla-community.org/t/zte-open-c/8402 A report of what i have done since 1 years 1/2 with lots of mozilliens, thanks to all <3

Hi all,
This is a topic to speak about what we have done in community build for ZTE Open C in french mozilla communaty. The result is http://builds.firefoxos.mozfr.org/

What we have done
We setup community build for zte open c, with fota support : went you install a build, you will receive update over the air, no need to reflash.
Flashing is done with adb sideload or flash zip in recovery.

Building part :
We have document all your build setup on mdn : Building and installing FOTA community builds
The builds are building on someone server, and then upload on mozfr server
We use buildbot, which automates the compile cycle (each night for nightly, and 1-click button for other build).
We can have overview of build, and see specific build, with log of output

All build (except nightly build) are tests by hand and by people, we use a simple form like this

Other people made bug report. Some made also patch (this is really amazing, thanks all !)

All our configuration for buildbot, patch or shell script are on github : github - mozfr/buildscommunautaires

We have setup this configuration in february 2015 (before we use shell script with cron, irc notification, but without log). Since this time, we have try more than 600 build.

If you have question, ask. If you need help to made the same for your phone, also ask
We are also on irc : irc.mozilla.org chan : #buildopencfr

À angle droit avec Firefox OS

Protractor pour Firefox OS Protractor va transformer votre téléphone Firefox OS en outil de bricolage.

Le but de cette application est déterminer un angle d’un objet par rapport au sol, sans besoin de faire le calcul manuellement (ou de tête !).

Jusqu’à présent pour savoir si votre meuble ou votre produit électroménager (un frigo, une machine à laver…) était bien droit par rapport au sol, vous utilisiez un niveau, une équerre ou une règle à angle droit, sinon un rapporteur pour savoir votre objet est bien droit.

Protractor pour Firefox OS Protractor pour Firefox OS

Ce type d’outillage n’est pas toujours à porter de main, même si vous en possédez un. Mais votre téléphone est là pour pallier cette absence ou votre manque d’envie de l’utiliser.

Protractor pour Firefox OS

Après avoir lancé l’application, il vous suffit de placer votre téléphone Firefox OS sur un des coins pour connaître l’angle exacte de celui-ci avec la verticale

Ainsi, vous pouvez définir si votre objet est bien d’aplomb.

Protractor pour Firefox OS

Après quelques ajustements avec les pieds de votre appareil (s’ils sont réglables), votre téléphone vous renverra la valeur « 0° », ce qui signifie qu’il est bien droit.

Protractor pour Firefox OS

Par ailleurs, vous pouvez aussi mesurer l’angle par rapport à un mur qui est aussi l’autre interêt de l’application. Mais si votre objet est bien droit, alors la valeur 90° sera affichée.

Protractor pour Firefox OS Protractor pour Firefox OS

Connaître les angles vous permet d’utiliser l’application pour vous aider à dessiner des plans dans une pièce, ce qui est bien utile quand vos angles ne sont pas droits. Ainsi, vous pouvez vous aider de votre téléphone pour tracer des traits de coupes, des plans ou préparer des travaux de découpes.

Enfin, comme vous le voyez, votre téléphone est l’outil idéal, toujours avec vous, avec cette application toujours à portée de main, mais nous mettons de réserves pour les téléphones Open C.

L’auteur de l’application, Aras Balali Moghaddam, montre dans un article comment il a conçu et réalisé cette application de A à Z.


@hellosct1

Notre appdujour précédente : Dégommer les balles avec esviji sur Firefox OS

Mozilla : “Firefox + Vous” d'avril 2016 – Newsletter francophone

Comme chaque mois nous reprenons ici la lettre mensuelle qu’ont déjà reçue les abonnés. Vous aussi, recevez bientôt le numéro de mai 2016 dans votre boîte aux lettres électronique.

Si vous êtes déjà adepte de Firefox, faites connaître ce petit bulletin à vos amis et à vos proches…

Explorer l'internet des objets avec Mozilla

Il y a un mois, Bobby Richter de la fondation Mozilla expliquait la méthode que suivra Mozilla pour trouver sa place dans l’internet des objets. Si vous avez un peu suivi notre actualité, vous savez que Mozilla a annoncé début février que Firefox OS passait des smartphones aux objets connectés. Nous avions déjà traduit les réponses d’Ari Jaaksi aux questions de la communauté sur le virage vers les objets connectés. Aujourd’hui, la communauté Mozilla francophone vous a traduit le billet du blog Mozilla Learning qui vous en apprendra plus :


Explorer l’internet des objets avec Mozilla

Firefox OS pour appareils connectés – fuitesL’internet de demain sera partout. La connectivité sera intégrée dans votre moyen de transport, votre maison, votre lieu de travail, vos vêtements voire votre peau. On estime qu’en 2020, 41 milliards d’appareils seront connectés, derrière lesquels se cachera un marché de l’internet des objets (IoT) de plus de 6 mille milliards d’euros.

Internet est une ressource globale et publique qui devrait être ouverte et accessible à tous. En même temps qu’il évolue, il doit rester une ressource publique. Il offrira également des opportunités de créativité et d’innovation au-delà des écrans de nos ordinateurs et téléphones.

Les règles ne sont pas encore écrites. Nous croyons fermement que tout le monde devrait être en mesure de lire, d’écrire et de participer à ses environnements connectés à ses conditions. Quelles sont les conditions pour garantir que le futur Internet soit libre et accessible à tous ?

Mozilla, de par son histoire de protection et de contribution à l’internet dont il peut être fier, vous invite à aborder ces questions avec nous.

Explorer l’internet des objets

Pour explorer ces questions par l’action, la Mozilla Foundation entretient une communauté professionnelle de formation qui peut façonner l’internet des objets en accord avec les valeurs de Mozilla pour la décennie à venir.

En 2016, nous réunirons des penseurs, designers, chercheurs et faiseurs de premier plan pour collaborer sur des prototypes stimulants qui rendent ces valeurs fondamentales – telles que la vie privée, les pratiques libres et la participation – accessibles et possibles pour l’internet des objets.

Voici les principes qui nous guideront :

  • Apprendre en faisant. Nous ne savons pas encore comment influencer l’IoT. Mozilla cherche son rôle dans ce nouvel espace. Nous pensons que le meilleur moyen est d’essayer et d’apprendre de ces tentatives en s’appuyant sur nos collaborateurs inspirés.
  • Participatif et inclusif. Nous voulons seulement réaliser des choses vraiment innovantes en invitant diverses catégories de personnes à prendre part au processus. Nous devons inclure de nouvelles voix et favoriser la créativité sur les bords. Cela implique un engagement profond pour ouvrir les pratiques, la manière de participer et rester humble sur notre rôle.
  • La force en réseau. Nous ne pouvons pas faire cela tout seul et beaucoup d’autres sont déjà actifs dans ce domaine. Nous sommes plus forts quand nous agissons ensemble avec des alliés. Nous élargirons le réseau de leadership existant chez Mozilla, tout en engageant de nouvelles catégories de leaders et de praticiens pour en apprendre davantage et en faire plus avec l’internet des objets.

C’est un nouveau domaine pour Mozilla et le monde. Les normes et les meilleures pratiques de l’IoT ne sont pas encore établies. Cependant, en tant que Mozilla, nous avons fortement formulé nos convictions sur l’internet. Les principes du Manifeste Mozilla et les efforts comme la Carte de littératie du Web ou les initiatives de Mozilla pour les politiques et la défense des droits fourniront une fondation sur laquelle nous appuyer pour savoir où nous devrions aller alors que l’internet trouve son chemin de manière plus complexe dans nos vies.

Notre approche

Notre travail est composé de trois éléments principaux :

  • Des prototypes provocateurs. Créer des expressions tangibles de la façon dont les choses pourraient être, devraient être ou ne devraient pas être pour l’IoT. Les prototypes fourniront le « substrat collaboratif » qui supportera les leaders de la communauté dans l’apprentissage et la réalisation collective, tout en mettant nos valeurs en action. Les prototypes seront basés sur les recherches et tests utilisateurs.
  • Rassembler. Unissons-nous intelligemment, spécialistes interdisciplinaires, pour modéliser et innover avec des valeurs libres. La construction de prototypes est meilleure, plus rapide et a plus d’impact quand les personnes sont ensemble. Nous souhaitons inviter de nouveaux partenaires à prendre part à l’action avec nous – designers, des technologistes, des personnes engagées, des éducateurs… – ainsi que collaborer avec les Mozilliens comme l’équipe des appareils connectés, l’équipe Participation et d’autres parmi le réseau de leadership de Mozilla.
  • Cultiver. Encourageons les partenariats et les opportunités de financement pour lancer et soutenir l’initiative. Des aperçus peuvent être partagés pour informer des futurs efforts de Mozilla. Nous encouragerons et contribueront au réseau Mozilla le plus large possible et aux processus de documentation dans un esprit libre pour que les autres puissent apprendre et y participer.

Information importante : nos explorations sur l’IoT seront intégrées au plan stratégique 2020 de Mozilla en prenant part aux sujets clés de la vie privée, de l’intégration et de l’instruction au Web.

Et ensuite ?

Durant la première moitié de 2016, nous allons mettre en place un focus thématique et tester notre processus. Le premier sujet sur lequel nous allons nous concentrer concerne la vie privée avec l’IoT, intitulé : « Contrôle de l’utilisateur sur ses données personnelles dans la maison connectée ».

Il est évident que notre réflexion et notre expérimentation doivent se baser sur la réalité. Nous avons besoin d’affecter les vies des personnes et des situations auxquelles elles sont confrontées. Ainsi, pour mieux comprendre ce que signifie ce sujet et pour guider les participants dans la fabrication de prototypes intéressants, nous allons essayer le processus suivant :

  • Mener la recherche. Guidés par des principes de conception pensés pour les personnes, nos efforts reposeront sur les données issues des recherches d’utilisateurs. Nous prévoyons d’apprendre à partir des personnes qui vivent dans différentes parties du globe, pour transcrire leurs différentes visions de contrôle utilisateur sur les données personnelles dans la maison connectée. Nous mènerons des enquêtes sur le terrain, interrogerons des experts et lirons des rapports existants. La diversité des voix sera au cœur de tout ce que nous réaliserons.
  • Produire des briefs de design. Nos idées de recherche seront assemblées dans des briefs de design qui guideront le choix de nos prototypes. Nous poserons les problèmes spécifiques qui peuvent être explorés par l’intermédiaire de prototypes. Les briefs de design seront ouverts à quiconque veut réagir, tout comme ils fourniront le cadre des événements en chair et en os.
  • Se rassembler pour construire des prototypes. Sur la base de ces briefs de design, nous organiserons des rencontres pour créer des prototypes physiques. Nous nous concentrerons sur les pratiques ouvertes, les réflexions sur le design et la recherche participative pour améliorer la façon dont nous faisons les choses.
  • Exposer et impliquer le public. Une fois que nous aurons des choses à montrer, nous exposerons notre travail au grand jour. Nous accueillerons les opinions divergente et les retours à mesure que les gens interagiront avec nos prototypes.
  • Tester et documenter. Pendant que nous ferons des démonstrations, nous recueillerons des retours, enregistrerons des histoires et fournirons de l’inspiration pour des itérations.
  • Évaluer. Ensuite, nous examinerons soigneusement nos découvertes en nous assurant que nous couvrirons toujours nos valeurs et les problèmes qui nous ont déterminés à nous mettre en marche. Nous examinerons aussi le processus dans sa totalité.
  • Itérer et répéter. Nous continuerons à essayer et à peaufiner cette approche jusqu’à ce que nous obtenions quelque chose de frappant.

Avec cette stratégie de mise en œuvre et les principes qui la guident, nous espérons quitter 2016 avec une compréhension solide de la façon de rechercher et de contribuer à l’IoT – prouvé par quelques prototypes forts – et un réseau divers de penseurs et de praticiens de l’IoT pour fournir une fondation pour une croissance et un leadership dans le futur.

Comment participer

Dites-nous ce qui résonne pour vous (ou pas) dans cette approche et faites-nous des commentaires sur la méthodologie.

Faites-nous connaître tous les projets apparentés sur lesquels vous travaillez et les suggestions sur la façon dont nous pourrions travailler ensemble.

Aidez-nous à développer des briefs de design qui posent les questions importantes sur l’internet des objets dans la mesure où il est proche des valeurs de Mozilla.

Partagez votre expérience dans l’IoT, la protection de la vie privée ou la recherche en design dans le cadre de notre série d’interviews d’expert.

Contactez-nous par email à iot@mozillafoundation.org (en anglais) ou dans notre système de suivi des issues GitHub. Interpellez Michelle Thorne sur IRC ou sur Twitter (@thornet).

-- Bobby Richter



Traduction et relecture : Mozinet, Banban, titinto, Goofy, Hellosct1 et anonymes

Dégommer les balles avec esviji sur Firefox OS

Dégommer les balles avec esviji sur Firefox OSEsviji est un jeu de stratégie pour Firefox OS dont nous avions interviewé l’auteur Nicolas Hoizey. Son but consiste à détruire les balles pour gagner des points.

Il se différencie des autres jeux de la même famille car chaque balle détruite vous fera gagner des points.

L’autre point intéressant concerne l’accessibilité car, en plus des couleurs proposées, chaque balle dispose d’un numéro. Cette nuance permet de jouer avec un handicap dans ce domaine.

Les niveaux

esviji sur Firefox OS

Le premier niveau vous propose 9 balles de même couleur, pour apprendre le jeu.

esviji sur Firefox OS esviji sur Firefox OS esviji sur Firefox OS

Les niveaux suivants vont s’accroîtent en difficultés avec des balles de différentes couleurs.

Dès le niveau 2, une nouvelle couleur sera proposée pour arriver au niveau 10 avec 6 balles de différents coloris.

Par ailleurs, chaque niveau ajoute des balles pour augmenter la difficulté et sa durée.

esviji sur Firefox OS esviji sur Firefox OS

À partir du niveau 11, une difficulté supplémentaire apparaît : une brique. Si vous jouez de nouveau ce niveau, la brique sera affichée dans une autre position dans la grille de jeu, dans le but de ne pas mémoriser les réflexes que vous auriez acquis.

esviji sur Firefox OS esviji sur Firefox OS

À partir du niveau 13, les briques sont au nombre de 2 avec une position différente pour chacune d’elles.

esviji sur Firefox OS esviji sur Firefox OS esviji sur Firefox OS

Dans les niveaux suivants le nombre de briques va augmenter pour vous pousser à calculer vos coups.

esviji sur Firefox OS

À partir du niveau 20, une brique supplémentaire apparaîtra à chaque niveau., c’est à dire qu’au niveau 30, vous obtenez 10 briques.

Jouabilité

Pour utiliser le lanceur de balles, il vous suffit de taper sur l’écran pour déclencher votre tir. Pour déplacer votre lanceur, vous appuyez au dessus ou en dessous de la position proposée par le jeu.

Lorsque votre balle est lancée, elle avancera horizontalement et sera stoppée par l’impact avec une autre balle.

Si la balle touchée est de la même couleur que la balle du lanceur, qui sera détruite. Elle continuera son chemin, jusqu’à toucher une couleur différente.

Lorsque la balle ne rencontre plus de balle, mais un mur, elle changera de direction en se déplacera verticalement vers le bas. Ainsi, elle continue son chemin jusqu’à la fin de la ligne pour disparaître.

esviji sur Firefox OS esviji sur Firefox OS esviji sur Firefox OS

La modification de la couleur de la balle du lanceur s’effectue lorsque la balle précédente touche une autre couleur. C’est-à-dire que, quand la balle du lanceur est verte et qu’elle va toucher une première fois la couleur verte et ensuite une balle orange, la prochaine balle du lanceur sera orange.

C’est pourquoi il est important de prévoir un coup d’avance pour continuer de jouer le plus longtemps possible.

Gagnez des vies

Pour augmenter vos chances de gagner des vies, il existe de nombreuses astuces.

Tout d’abord, si vous réussissez à détruire plus de 3 balles, le nombre de vies va augmenter plus rapidement.

Ensuite, suivant votre tir, qu’il soit en mode horizontal ou vertical, vous pourrez augmenter vos chances d’en obtenir plus.

Par ailleurs, lorsque le compteur change de centaine, vous gagnez 1 vie.

Astuce pour le niveau 1 suivant la ligne horizontale que vous visez :
Si la balle se trouve sur les 2 niveaux les plus bas, vous arriverez à 11 vies.
Si la balle se trouve sur le niveau le plus élevé, vous arrivez à 15 vies.
La différence vient du fait que le niveau le plus élevé des balles va détruire plus de balles horizontales et verticales.

La perte de vies

Il existe différentes façons de perdre des vies.

esviji sur Firefox OS

Si vous calculez mal vos coups et que la couleur proposée par le lanceur ne peut pas atteindre la même couleur, vous perdez aussi une vie, comme ici, le lanceur propose une couleur verte alors qu’il n’y a plus de balles vertes.

esviji sur Firefox OS

Si votre balle heurte en premier une balle de mauvaise couleur ou le mauvais chiffre, elle vous fera perdre une vie, jusqu’a 0.

La sauvegarde

Pour fonctionner, le jeu doit posséder une connexion à Internet en Wi-Fi ou en 3G, car il mémorise votre position et le niveau en cours.

L’intérêt est de vous permettre de reprendre le jeu à tout moment, même après redémarrage de votre téléphone ou une durée prolongée.

Enfin

L’application d’aujourd’hui varie les jeux déjà présentés. Il vous faudra jouer de nombreuses heures pour terminer le jeu si vous êtes patients.

J’aurais bien vu un petit chronomètre pour ajouter un peu de difficulté au jeu, mais ce n’est qu’un avis personnel.


@hellosct1

Notre appdujour précédente : Corriger vos photos en direct sur votre Firefox OS

Logiciel ou application – Les Mots du Fox

Mamie Fox aux JDLL 2016 à LyonMamie Fox s’est fait expliquer une notion du monde de l’informatique, des réseaux, du logiciel libre, etc. et vous le restitue.

Chers amis,

Le week-end des 2 et 3 avril, j’étais avec mon petit-fils le Fox et ses amis mozilliens sur le stand de Mozilla aux Journées du logiciel libre à Lyon et je les entendais parler des logiciels et d’applications. Le soir venu, avant l”apéritif, j’ai donc demandé au Fox la différence entre les deux. Voici ses explications :

— Les termes logiciel, programme, application sont utilisés pour désigner des éléments de même nature, parfois comme traduction de termes anglais software, program ou application. Leur emploi dépend beaucoup des habitudes plus que d’une classification rigoureuse. Ainsi, on parle de logiciels ou d’applications selon l’OS utilisé ou le type d’OS utilisé.

— L’OS, je sais, tu me l’as déjà expliqué, mais tu peux rappeler ?

— L’OS (operating system/système d’exploitation) orchestre l’utilisation des capacités de l’appareil – PC, Mac, smartphone, tablette, objet connecté… – par des logiciels applicatifs. Il permet aux différents composants – matériels et logiciels – de communiquer entre eux.

— Logiciel applicatif Emoji : disappointed but relieved face

— Oui, c’est confus. Un programme ou logiciel est un ensemble d’instructions interprétables par une machine visant à faire exécuter une tâche ou plus souvent un ensemble de tâches à un ordinateur – le smartphone est un vrai ordinateur de poche avec lequel on peut aussi téléphoner ! Le système est le premier logiciel qui se lance quand on allume son appareil informatique. On distingue ensuite les logiciels applicatifs qui sont exécutés sur l’OS pour réaliser une tâche ou un ensemble de tâches élémentaires.

— Ah, oui ! Un traitement de texte dans le LibreOffice que tu m’as installé à la maison.

— Oui, sur ton ordinateur, desktop comme on dit en anglais, on utilise le terme de logiciel, un programme représenté sous la forme d’un fichier exécutable qui s’installe dans le système d’exploitation – Linux, Windows, Mac… – pour faire des nombreuses choses, de très nombreuses choses…

— Et une application ? Dans mon Firefox OS, j’installe des applications depuis le Marketplace !

— Oui, dans le monde du mobile, on parle plutôt d’applications installées depuis une boutique d’applications mise en avant ou obligatoire selon ton OS mobile. C’est peut-être parce qu’au départ les applis faisaient des tâches précises et plutôt simples, et se voulaient plus léchées pour plaire au grand public. Avec l’augmentation des performances des smartphones milieu et haut de gamme, sans parler des tablettes, des applications très performantes, rivalisant avec les meilleurs logiciels pour ordinateur, et plus complexes qu’avant sont apparues.

— Mais le dernier Windows à notre bibliothèque a aussi des applications ?

— Ah ! Windows 10… Microsoft veut abolir les barrières entre ordinateur et appareils mobiles – qu’il vend directement depuis le rachat des smartphones Nokia – et entend copier le modèle très rentable d’Apple qui vend le matériel et gère la boutique d’applications. Sans rendre cet « App store » obligatoire pour installer un logiciel sur son Windows, c’est la porte d’entrée que Microsoft entend que l’utilisateur privilégie pour installer de super applis sur son appareil.

— Mais une « application web » dont tu parlais tantôt ?

— Dans ton ordinateur, comme dans ta tablette ou ton smartphone, tu disposes d’un navigateur web

— Oui, c’est celui qu’il ne faut pas confondre avec un moteur de recherche !

— Tout à fait ! Le meilleur est bien sûr Firefox, sur ordinateur comme sur mobiles (tablettes et smartphones, Android comme iOS).

— C’est pour afficher des pages web

— Oui ! Au départ, un navigateur était destiné à afficher une page, à une URL ou adresse web bien précise, composée de texte, d’images, de styles et de scripts pour les animations. Les performances des navigateurs ont explosé et ils tirent maintenant profit d’un matériel bien plus puissant. Ces évolutions permettent aux navigateurs d’afficher des applications web : des sites qui ressemblent plus à un programme ou à un logiciel qu’à une page, parfois ils répondent à une seule URL ou ont des URL qui correspondent à des fonctions du site, c’est-à-dire adaptées à l’utilisateur et non proposant un contenu précis. Les sites comme Gmail, les applications de cartographie, les réseaux sociaux ont d’abord pris ce virage.

— Et elles sont toutes enregistrées dans le navigateur ?

— Non, la plupart tirent profit des connexions permanentes ou fréquentes. Les programmes sont logés sur un serveur qui envoie au navigateur les pages web composées de beaucoup de scripts qui les rendent réactives comme un logiciel installé en local. Selon la connexion, les applications et la puissance du matériel (souvent la mémoire) sur lequel tourne le navigateur, le programme envoie les données en paquets exploitables localement (comme un ensemble de courriels) ou au fur et à mesure des interactions dans l’interface de l’application web (comme avec les morceaux de carte qui apparaissent selon le déplacement dans la carte). C’est le Web 2.0.

— Donc pour les reconnaître, il suffit de regarder le navigateur qui est autour ?

— Et non ! Et de là la confusion. Une application web peut utiliser les capacités du navigateur sans dépendre de son interface. Elle s’ouvre dans sa propre fenêtre et apparaît dans la liste des logiciels ou applications en cours d’exécution, tout comme un logiciel autonome. Elle a sa propre icône sur l’écran d’accueil de ton téléphone ou de ta tablette, ou sur le bureau de ton ordinateur. C’est transparent pour l’utilisateur.

— Et Firefox OS, alors ?

— Et bien ton Firefox OS n’a que des applications web.

— Mais, j’installe bien des applications, sans passer par le navigateur.

— Oui, mais ce que tu vois de Firefox OS est un grand navigateur, ou plutôt juste le moteur d’affichage du navigateur de Mozilla, celui de ton Firefox, appelé Gecko. Firefox OS dont le nom de code est Boot to Gecko, soit se lancer sur Gecko, fait communiquer le matériel et la couche OS avec une couche intermédiaire qui est est Gecko. Toutes les fonctions, dont l’interface principale du système, sont des applications écrites dans des langages de programmation et grâce à des technologies web. Mais, comme dans ton téléphone le matériel et les programmes qui communiquent avec sont maîtrisés, il peut avoir plus de fonctionnalités et de rapports intimes avec les capteurs du téléphone et les connexions dont il dispose. Tout cela paraît fluide et transparent pour l’utilisateur ou l’utilisatrice en l’occurrence.

— En résumé, le logiciel applicatif qu’on appelait juste logiciel s’appelle maintenant application et il n’y a rien d’autre qui ressemble plus à ce qu’on appelle juste une application qu’une application web !

— Voilà !

— Merci pour tes explications, mais tu dois avoir soif après tout ce discours…

Logiciel ou application – Les Mots du Fox


Un mot, un concept ou même un sigle obscur ? demandez l’explication au Fox !


Mamie Fox


@hellosct1 et @mozinet


Et mon précédent Mot du Fox : Linux, GNU/Linux : connaissez-vous la différence ?

Tous Les Mots du Fox

Crédit photos  : Hellosct1. Tous droits réservés.

Ma méthode de travail avec Git et GitHub

Cet article est une traduction de Documenting my git/GitHub worklow écrit par Karl Dubost. Karl participe au projet WebCompat pour veiller à ce que les sites web fonctionnent de façon égale sur les différents navigateurs et ce billet est l’occasion de présenter la méthode de travail qu’il utilise avec Git et GitHub. Les méthodes vues ici pourront être utile pour contribuer à d’autres projets, n’hésitez pas à guetter les fichiers CONTRIBUTING.md des différents dépôts. ;)


Dans le cadre de webcompat.com, nous développons le projet à l’aide, entre autres, de l’infrastructure offerte par GitHub. Nous avons ainsi un dépôt webcompat.com. N’hésitez pas à contribuer.

Je ne suis pas certain de suivre la même méthode que les contributeurs principaux, mais j’ai pensé que ce serait utile de documenter la façon dont je contribue. Cet article pourra aider les débutants voire m’être utile à l’avenir.

Commençons avec un rapide brouillon.

Schéma du workflow

Le projet est hébergé sur : https://github.com/webcompat/webcompat.com/

Pour commencer je crée un fork (N.D.T. d’aucuns pourront utiliser « fourche ») grâce au bouton situé en haut à droite du site. Créer un fork avec GitHub

Ce fork est désormais créé :

https://github.com/karlcow/webcompat.com/

Désormais, je peux créer un clone local de ce dépôt sur mon ordinateur grâce à la commande suivante :

git clone git@github.com:karlcow/webcompat.com.git

Je clone ce fork plutôt que le projet original afin de pouvoir travailler en local et bidouiller différentes branches, les envoyer vers GitHub sur mon fork sans risquer de gêner qui que ce soit. Quand je souhaite mêler mon code à celui des autres, j’envoie alors des pull requests vers le dépôt principal.

Une fois que c’est fait, je dispose d’une version à date du dépôt et je peux commencer à travailler sur une issue. Prenons par exemple l’issue 902 (simplement pour l’exemple). Je crée une nouvelle branche sur mon clone local (voir la section suivante pour la mise à jour de mon fork local).

git checkout -b 902/1

Pour nommer les branches, j’ai « emprunté » le protocole de Mike :

nom_de_branche  = numéro_issue/version_de_branche

Ainsi, lorsque je ne suis pas satisfait de mon travail, mais que je souhaite conserver un certain historique, je peux créer une deuxième branche pour la même issue avec la commande git checkout --b 902/2 et ainsi de suite. Une fois satisfait, je peux choisir d’envoyer une pull request depuis la meilleure branche.

git commit -m ’#902 upgrade GitHub-Flask to 3.1.1’ 
requirements.txt
git commit -m ’#902 upgrade Flask-Limiter to 2.2.0’
requirements.txt
# etc

Une fois la journée finie, quand je souhaite passer à autre chose ou simplement partager le code, j’envoie le contenu de mon dépôt local vers mon fork hébergé sur GitHub.

git push karlcow 902/1

Vous aurez remarqué que je n’ai pas utilisé git push origin 902/1, j’explique après la façon dont j’utilise des alias pour les dépôts.

Une fois mes commits terminés, je peux créer une pull request depuis karlcow:902/1 vers webcompat:master :

https://github.com/webcompat/webcompat.com/pull/920

Créer une pull request avec GitHub

J’utilise ce message :

fix #902 - 902/1 Update python module dependencies in the project.

et demande à Mike d’effectuer la revue du code

r? @miketaylr

Ensuite, nous discutons, rejetons la modification, la modifions ou la fusionnons.

Les alias de dépôt

Généralement, GitHub utilise les termes suivants :

  • upstream pour désigner le dépôt original
  • origin pour désigner votre propre fork

Cela était source de confusion et j’ai donc choisi une autre approche :

git remote rename origin karlcow
git remote rename upstream webcompat

Cela devient beaucoup plus simple lorsque je mets à jour le projet ou que je pousse mes commits. Je sais exactement où ils vont.

# On télécharge des choses depuis le dépôt webcompat.com sur github.com
git fetch webcompat
# Je pousse ma branche vers mon propre fork sur github.com
git push karlcow nom_branche

Mettre à jour mon fork local

À chaque fois, lorsque j’ai terminé de travailler sur une branche ou que j’ai fini ma session de travail et que tous les commits ont été effectués, je synchronise la branche master de mon clone (local) avec la branche master de webcompat.com Voici le vocabulaire GitHub que j’utilise généralement :

git checkout master
git fetch upstream
git merge upstream/master

Transposé avec mes alias, cela donne :

git checkout master
git fetch webcompat
git merge webcompat/master

Mon projet est désormais à jour et je peux créer une nouvelle branche pour la prochaine issue sur laquelle je travaillerai.

Faire le ménage entre les forks locaux et distants

Je crée des branches locales sur ~/code/webcompat.com et des branches distantes sur https://github.com/karlcow/webcompat.com/, mieux vaut les supprimer au fur et à mesure pour éviter d’avoir une énorme liste de branches avec :

git branch -a

Par exemple, si je la lance maintenant, voici le résultat que j’obtiens :

git branch -a
  264/1
  396/1
* 710/3
  713/1
  master
  r929/958
  remotes/karlcow/264/1
  remotes/karlcow/702/1
  remotes/karlcow/710/1
  remotes/karlcow/710/3
  remotes/karlcow/HEAD -> karlcow/master
  remotes/karlcow/master
  remotes/webcompat/gh-pages
  remotes/webcompat/issues/741/2
  remotes/webcompat/letmespamyou
  remotes/webcompat/master
  remotes/webcompat/searchwork
  remotes/webcompat/staging
  remotes/webcompat/staticlabels
  remotes/webcompat/webpack

Pour faire le ménage, j’utiliserai les commandes suivantes :

#  Suppression locale (sur l’ordinateur)
git branch -d 12/1 245/1

# Suppression distante (sur mon dépôt GitHub)
git push karlcow --delete 12/1
git push karlcow --delete 245/1

Otsukare !

Merci Karl d’avoir permis cette traduction !

Thunderbird 45

Ça fait bien un an que je ne vous ai pas parlé ici de Thunderbird. Ça tombe bien c’est à peu près le rythme de sortie des versions majeures calé sur la version ESR (longue durée) de Firefox.

La version 45, sortie récemment, n’a pas proposé autant de nouveautés que la précédente version majeure, la 38. Cette dernière était la première version majeure dont le développement était aux mains d’une communauté de développeurs bénévoles organisée. Entre ces deux versions, malgré des taux d’utilisation toujours plus haut, Mozilla a annoncé, début décembre, chercher une nouvelle maison pour Thunderbird, loin de Mozilla qui se concentre désormais sur Firefox en se préparant à d’importants changements et abandonnera le XUL à terme.

Thunderbird 45 se concentre sur l’utilisation au quotidien du logiciel avec des améliorations que chacun appréciera au moment voulu.

thunderbird45 : 3 panneaux + Lightning.png

Si vous avez lu la traduction* de l’article de SUMO et ses améliorations par la communauté Mozilla francophone, vous connaissez déjà les principales nouveautés. Pour les autres, commençons par là.

Le truc que j’attendais depuis longtemps est le changement du comportement de l’éditeur dans la fenêtre de rédaction des nouveaux message. Appuyer sur « Entrée » insère désormais un nouveau paragraphe et plus un simple saut de ligne que l’on peut toujours insérer en appuyant sur « Maj+Entrée ». Ce nouveau comportement peut être inversé dans Outils > Options > Rédaction > Général.

Traitons des autres améliorations de la rédaction par ordre de mes préférences.

Si vous jonglez avec les langues ou même si vous avez installé le pack de dictionnaires « réforme 1990 » du français, vous pourrez trouver bien pratique de pouvoir changer le dictionnaire comme avant par un clic-droit dans l’éditeur mais aussi dès le champ « Sujet ». La langue du dictionnaire actif est signalée dans la barre d’état de la fenêtre de rédaction.

Thunderbird 45 : changer langue du dico du vérificateur orthographique dès le sujet

Un truc qui n’a l’air de rien mais qui pourra s’avérer bien utile, c’est de pouvoir ponctuellement dans le menu du choix de sa propre identité d’expéditeur personnaliser l’email et le nom sous lequel on apparaîtra chez son destinataire. Vous pouvez ainsi personnaliser votre email si votre fournisseur d’adresse prend en charge les alias ou les mots-clés ajoutés au nom comme Gmail (ex. : mozinet+bugzilla@gmail.com). Vous pouvez toujours dans les paramètres du compte personnaliser votre email, ajouter des identités ou préciser une adresse différente pour la réponse.

Thunderbird 45 : menu expéditeur  > personnaliser l'adresse d'expédition

Thunderbird 45 : alerte pour personnaliser l'adresse d’expédition

Enfin, toujours dans la fenêtre de rédaction, un nouveau bouton apparaît dans la barre de mise en forme. Vous pouvez désormais choisir un type de talle de police de caractères, de Très petite à Très très grande en passant par Moyenne par défaut. Les boutons « Réduire/Augmenter la taille de la police » font désormais passer d’un type de police au suivant dans la liste.

Thunderbird 45 : bouton des tailles de la police

Dans la vue de la liste des messages du dossier, vous deviez auparavant ajouter une colonne « Destinataire » en plus ou en remplacement de la colonne « Expéditeur » selon le type de messages stockés dans ledit dossier (ex. dossier « Envoyés » ou dossier contenant toutes les conversations). Dorénavant, vous avez par défaut une colonne « Correspondants » avec une flèche dans un sens ou dans un autre selon que l’adresse affichée est celle de l’expéditeur ou du destinataire. Vous pouvez bien sûr choisir d’ajouter une colonne pour l’un d’entre eux.

Thunderbird 45 : colonne Correspondants

Pour préserver votre vie privée du pistage, Thunderbird bloque par défaut les images distantes que doit récupérer le courriel. Grâce à ces chargements, les serveurs auprès desquels vous récupérer ces contenus distants (images, feuilles de style…) peuvent en savoir beaucoup sur vos habitudes et votre profil reliés à votre adresse de messagerie. Comme les pages web, les emails commerciaux sont composés de plusieurs serveurs (images avec le contenu central, pubs, images invisibles de pistage ou de statistiques…). Chaque propriétaire peut ainsi potentiellement en savoir beaucoup sur vous.

Thunderbird 45 : menu de blocage du contenu distant

Le menu à droite de la barre de notification de blocage du contenu distant a été repensé. Le menu est maintenant composé d’un item pour :

  • afficher pour afficher tout le contenu du message ;
  • modifier les conditions générales d’affichage du contenu distant ;
  • une ligne par adresse de serveur pour autoriser son contenu distant ;
  • autoriser d’un coup tous les serveurs mentionnés ci-dessus ;
  • autoriser tout le contenu proposé dorénavant pour cette adresse d’expéditeur.

Comme l’indique la page de SUMO :

Il est à noter que les adresses de messagerie sont faciles à falsifier comparées aux sites web qui servent les contenus externes. À moins que le réseau ne soit corrompu, il est bien plus difficile de falsifier les contenus que les adresses de messagerie.

Dans les options de Thunderbird, vous pouvez gérer votre liste d’exceptions.

De plus, les images distantes seront affichées dans les réponses et les messages transférés si elles ont été affichées dans le message d’origine.*

Attention !

Les modifications induites par ces changements conduisent à réinitialiser les listes d’adresses et les sites autorisés à charger des images distantes qui ont pu être définis dans de précédentes versions de Thunderbird.*

Un truc qui vous a peut-être énervé maintenant que la plupart des gestionnaires de messageries et logiciels acceptent le HTML dans les courriels, c’est le comportement de Thunderbird qui envoyait les courriels au format texte lorsque aucun élément en « texte enrichi » n’avait été utilisé dans le message et que le destinataire n’avait pas été indiqué comme préférant les courriels en HTML dans le carnet d’adresses. Désormais, une case à cocher permet de désactiver ce comportement de rétrogradation vers le texte simple comme format de distribution (Outils > Options > Rédaction > Général > Options d’expédition…).

Thunderbird 45 : Options d’expédition &gt; Envoyer les messages au format texte lorsque cela est possible

Tant qu’on en est à parler du carnet d’adresses de Thunderbird qui est très perfectible, il a été encore été un peu amélioré.

Le carnet d’adresses peut désormais être exporté en UTF-8 et tous les carnets d’adresses peuvent être exportés en même temps.*

Autre nouveauté du carnet d’adresses, le fournisseur de cartes. Thunderbird utilise OpenStreetmap, base de données géographiques libre du monde (permettant par exemple de créer des cartes sous licence libre), en utilisant le système GPS et d’autres données libres. Dans les fiches avec une adresse géographique, un bouton « Plan d’accès » a un menu qui permet de choisir le fournisseur de cartes (comme Google Maps). Cela affecte le comportement par défaut du bouton pour toutes les recherches.

thunderbird 45 : carnet d'adresses : plan d’accès &gt; OpenStreetMap

Des préférences cachées permettent de modifier les noms et adresse internet des fournisseurs de cartes.

Thunderbird 45 : about:config « mapit »

Dans l’en-tête d’un message, vous avez désormais un item de menu contextuel d’adresse email supplémentaire pour copier le nom et l’adresse email (Nom <exemple@exemple.com>).

Thunderbird 45 : copier le nom et l'adresse électronique

Concernant la messagerie instantanée, les notes de version indiquent une meilleure prise en charge des salons et commandes XMPP, ensemble de protocoles standards ouverts de l’IETF pour la messagerie instantanée et plus généralement une architecture décentralisée d’échange de données.

Les notes indiquent aussi que Thunderbird 45 corrige le bogue qui empêchait les pièces jointes d’être téléversées vers les serveurs de Box.com, le service par défaut de Filelink. Cette fonctionnalité introduite dans Thunderbird 13 mi-2012 permet de s’affranchir des limites des fournisseurs de messagerie concernant les pièces jointes en les envoyant « dans le nuage » pour n’inclure qu’un lien de téléchargement dans le corps du message. Je n’ai cependant pas réussi à ajouter Box.com à mon Thunderbird 45 : problème d’authentification.

Thunderbird 45 : Filelink : Box.com

Des extensions permettent d’ajouter d’autres services de cloud comme Dropbox, FileRun, FileSwap.com, hubiC, Mega, les services basés sur ownCloud (comme Framadrive), Pydio (ex AjaXplorer), Synnefo, et ~okeanos.

Plus exotique :

Lors de l’envoi de courriels qui avaient été rédigés en utilisant des caractères chinois, japonais et coréens, des espaces supplémentaires indésirables étaient insérés dans le texte. Ce comportement a été corrigé et les courriels seront envoyés et reçus exactement comme ils ont été rédigés. Les messages en japonais prennent dorénavant entièrement en charge les spécifications RFC 1468 et RFC 3676.*

Et, Mail.ru prend désormais en charge l’authentification OAuth (comme Gmail).

Vous l’avez sûrement noté en regardant les captures ci-dessus, les icônes grises (pour la plupart) ont été redessinées.

Thunderbird 45 : tâches Thunderbird 45 : barre d'outils

NB : L’importation depuis Outlook et Eudora n’est pas fonctionnelle.

De plus, cette version majeure corrige 12 vulnérabilités de sécurité dont six critiques.

Télécharger Thunderbird 45 en français

Thunderbird

Sources et références

Depuis la version 38

Doc

Nouveautés de Thunderbird 45

© 2010-2016 Mozinet - Ce billet a été publié sur BlogZiNet.

J’étais à Lyon pour les JDLL 2016

Mamie Fox aux JDLL 2016 à LyonBonjour mes petits,

Dans l’annonce des JDLL (Journées du logiciel libre) 2016, nos Mozilliens craignaient que j’y sois absente. Eh bien non ! J’ai bien accompagné mon petit-fils Le Fox à Lyon, le week-end des 2 et 3 avril.

J’ai voulu faire une surprise à tous les amis de mon petit-fils le Fox présents et me suis donc lancée dans cette aventure pleine de chamboulements.

Tout d’abord, notre première mésaventure fut le départ. Malgré le risque de louper le train à une minute près, comme je ne voulais pas venir les mains vides, j’ai passé un certain temps dans la cuisine à réaliser quelques séries de cookies 3D juste quelques heures avant le départ.

Stand Mozilla JDLL 2016

Heureusement, ce fut la seule frayeur de la journée. Vous n’imaginez pas ma tristesse si je n’avais pas pu me déplacer pour les voir tous.

Pendant le trajet, j’ai pu retrouver les premiers amis de mon petit-fils le Fox pour parler des nombreux sujets du moment et des sujets qui seraient abordés lors des conférences.

L’événement

Après ce départ fracassant et sur les chapeaux de roues, les retrouvailles avec les autres Mozilliens m’ont fait oublier ces frayeurs. Nous les avons retrouvés directement à la salle. Ils étaient attendus pour participer à l’installation du stand de Mozilla et mettre en place aussi bien les goodies que le matériel apporté.

Stand Mozilla JDLL 2016

Les points forts

Durant ces deux journées, les conférences se sont enchainées avec plus d’une cinquantaine de sujets. Les thèmes abordés étaient variés et tous différents, comme les « quinze ans de Wikipédia », mais aussi de la sécurité informatique, la vie privée et le contrôle de données, sans oublier des conférences autour de la « Littérature et culture libre » ou les objets connectés.

Par ailleurs, de nombreuses conférences ont fait le plein et même encore plus. Certaines personnes étaient assises par terre !

Pour ma part, je n’ai pas pu suivre beaucoup de conférences car j’ai tenu le stand. Cependant, j’ai pu voir les conférences des différents Mozilliens.

Enfin, une table ronde était programmée sur la « confidentialité sur Internet ». Avec comme participants Laurent Chemla (Gandi.net, projet Caliopen), Flore Allemandou (Mozilla), Tristan Nitot (Cozy Cloud), Éric Léandri (Liberté 0) et Pierre-Yves Gosset (Framasoft).

Stand Mozilla JDLL 2016

En parallèle, des ateliers abordaient eux aussi des sujets proches des conférences, mais toujours autour du Libre. Ainsi, on pouvait voir comment construire une page web avec Thimble, mais aussi rejouer à des vieux jeux console ou encore faire son arbre généalogique.

Les animations

Les animations pendant les ateliers étaient très variées afin de satisfaire tous les visiteurs.

Stand Mozilla JDLL 2016

D’un côté, un espace exposants, dédié aux associations, leur permettait de parler de leurs activités et de faire découvrir l’intérêt de leur présence.

De l’autre, une install party permettait d’installer un environnement Linux ou se faire aider pour sa propre machine.

Stand Mozilla JDLL 2016

Enfin, un mini Fab Lab avec des imprimantes 3D était là pour découvrir les possibilités de ce type d’appareils.

Le réconfort

Stand Mozilla JDLL 2016 Stand Mozilla JDLL 2016

Comme ce rendez-vous se déroule sur deux jours, j’ai rejoint tous les amis de mon petit-fils autour d’une table avec quelques plats diététiques. Voyez ci-dessus notre livreur Christophe. Les discussions sont allées bon train (sans retard pour celui-ci) et nous avons évoqué les retours de la journée.

Tard dans la nuit, il a été temps de penser au lendemain et à cette deuxième journée des JDLL qui commençait.

NB : Les podcasts vidéos des conférences seront disponibles prochainement.

Enfin

À la fin de l’événement, chacun est reparti chez soi et mon petit-fils le Fox, accompagné de sa mamie, est reparti vers sa maison avec de nombreux souvenirs et surtout en espérant vous retrouver encore plus nombreux l’année prochaine.

Mamie Fox


@hellosct1

Le précédent message de Mamie Fox : Mamie Fox revient du FOSDEM 2016

Crédit illustrations :
Photo nommm_man. Tous droits réservés.
Photos nos 1 et 3 à 7 Hellosct1. Tous droits réservés.

Activités du groupe comm pour Firefox OS de février et mars 2016

Firefox OS B2GDepuis quelques mois, je publie sur la liste de diffusion générale de MozFr un bilan d’activité mensuel du groupe de communication communautaire francophone pour Firefox OS. Cela faisait déjà un moment que je pensais le poster aussi sur mon blog pour lui donner plus de visibilité et qu’il soit plus facilement trouvable. Je republie donc celui pour les mois de février et mars :


Bonjour à tous,

Je n’ai pas publié de bilan début mars pour février, je le fais donc pour deux mois.

Les publications sur le blog se sont ralenties (équivalentes à la moyenne pour un seul mois auparavant). Les incertitudes et changements annoncés pour Firefox OS n’y ont bien évidemment pas été étrangers.

Comme nous l’avons rapporté Firefox OS passe des smartphones aux objets connectés selon Ari Jaaksi, VPS des Connected Devices, dont nous avons aussi publié la traduction de la séance de questions-réponses (traduction dans le cadre du locasprint). Ça, c’était en février. En mars, nous avons rapporté que Mozilla aiderait la communauté à continuer Firefox OS sur les smartphones.

Ensuite, nous avons continué à annoncer les événements et à faire des retours (même au-delà de Firefox OS avec deux publications sur ce blog général). Il y aurait beaucoup à dire sur ce sujet de la comm sur les événements, mais ça dépasse le cadre de ce rapport.

Le reste des publications a été fait de revues d’applications (je sais qu’un article léger a déplu à certains).

Nous n’avons pas publié de revue de presse ces trois derniers mois, mais ne désespérons pas d’en avoir une pour le trimestre… bientôt… Cependant, nos comptes rendus de réunion contiennent les liens intéressants que nous avons repérés la semaine précédente.

Nous restons à l’affût des nouvelles sur les 2 branches de Firefox OS du moment :

  • les expériences sur l’IoT (dont les TV et la VR) pour que Mozilla trouve sa voie ;
  • la transition de B2G pour smartphones vers un projet adapté mené par la communauté.

Nous sommes toujours en réflexion sur comment adapter la communication pour Firefox OS à ces bouleversements et sur les objectifs et le fonctionnement du groupe comm. Nous en discutons le lundi soir lors de nos réunions qui continuent régulièrement.

Nous avons malheureusement dû mettre en œuvre notre protocole (oui c’est un grand mot) de réaction à un événement exceptionnel pour suspendre efficacement les publications après les attentats du 22 mars.

@+,

— Pierre alias Mozinet


© 2010-2016 Mozinet - Ce billet a été publié sur BlogZiNet.