MozFR

AV1, la solution ouverte, performante et libre de droits pour la vidéo en ligne

Regarder une vidéo coûteAV1 est un codec vidéo de nouvelle génération qui surpasse les performances de VP9 et HEVC, ses concurrents. Le format AV1 est et restera toujours libre de droits grâce à sa licence de logiciel libre permissive.

Le blog des développeurs et développeuses Mozilla Hacks vient de publier un article sur AV1. Il indique que, depuis le passage en version 1.0 plus tôt cette année, ce codec a suscité l’intérêt de l’industrie de la télédiffusion.

Depuis le NAB Show (National Association of Broadcasters) de Las Vegas en début d’année, jusqu’à l’IBC (International Broadcasting Convention) à Amsterdam, en passant par le NAB East Show de New-York plus récemment, AV1 ne cesse de prendre de l’ampleur. Chacune de ces rencontres de l’industrie attire plus de 100 000 professionnels de médias. Mozilla a assisté à ces shows pour faire la démonstration de la lecture d’AV1 dans Firefox, et a montré qu’AV1 est en bonne voie d’être largement adopté dans les navigateurs web.

Mozilla et VideoLAN à l'IBC2018 L’équipe AV1 de Firefox, Coney & Mozilla à l’IBC 2018

Nathan Egge, ingénieur-chercheur chez Mozilla et membre de la fondation à but non lucratif Xiph.Org, explique dans les détails le codec AV1 lors d’un atelier à Denver. Nathan travaille dans la recherche en compression vidéo avec comme objectif de produire des standards ouverts, libres de droits et les meilleurs de leur catégorie pour les médias sur Internet. Il est coauteur du format vidéo AV1 de l’Alliance for Open Media et a contribué au projet Daala avant cela.


Les détails techniques d’AV1 par Nathan Egge (Mozilla) sur YouTube (30 min)

Pour vous convaincre de l’importance du succès d’AV1, la communauté Mozilla francophone vous a traduit un billet du blog de Mozilla qui explique les enjeux de ce codec vidéo libre pour le Web :

Une taxe invisible sur le Web : les codecs vidéo

Regarder une vidéo coûte

Voici qui va vous surprendre : regarder des vidéos en ligne coûte de l’argent, même sur des sites gratuits comme YouTube. Pourquoi ? Parce que près de quatre cinquièmes des vidéos sur le Web reposent aujourd’hui sur une technologie brevetée, le codec vidéo H264.

Un codec est un programme qui permet aux ingénieurs de réduire la taille des gros fichiers média et de les faire circuler vite sur Internet. Dans les navigateurs, les codecs décodent les fichiers vidéo pour que nous puissions les lire sur nos téléphones, tablettes, ordinateurs et téléviseurs. En tant que simples consommateurs du Web, cette performance nous semble aller de soi. Mais la vérité, c’est que des entreprises paient des millions de dollars en droits de licence pour nous servir des vidéos gratuites.

Aujourd’hui, la plupart des fichiers vidéos peuvent être lus sur la majorité des appareils, grâce à l’omniprésence de H.264. Comment cette situation pourrait-elle changer ? Commençons par quelques faits qui régissent la grande industrie de la vidéo sur le Web.

Le streaming vidéo coûte (beaucoup) d’argent. Beaucoup d’entreprises paient énormément d’argent pour utiliser H.264. Il s’agit notamment de sociétés de logiciels et de réseaux, de créateurs et de distributeurs de contenu comme Netflix, Amazon et YouTube, et de fabricants de puces comme ARM. Où va l’argent ? À MPEG-LA, qui représente les inventeurs de la technologie aux États-Unis, au Japon, en Corée du Sud, en Allemagne, en France et aux Pays-Bas.

Les codecs plus récents sont deux fois plus efficaces. Dans le monde des affaires, efficacité est synonyme d’argent. Une meilleure compression donne deux avantages commerciaux clés : une meilleure qualité vidéo et des coûts de bande passante réduits. Des entreprises comme Cisco, YouTube et Netflix paient des factures énormes pour envoyer des fichiers vidéo à votre navigateur. Aujourd’hui, plus de 70 % de tout le trafic internet est constitué de vidéos, et ce pourcentage devrait atteindre 80 % au cours des prochaines années.

Ces nouveaux codecs pourraient coûter dix fois plus. Le codec de nouvelle génération HEVC/H.265 de MPEG-LA est plus efficace que le codec H.264. L’inconvénient, c’est qu’il comporte 23 brevets et des termes particulièrement confus, créés à l’origine pour les lecteurs DVD. Selon les premières estimations, les droits de licence pour le codec H.265 pourraient coûter dix fois plus cher que ceux pour le codec H.264. Qui absorbera ces coûts ? À quel point les entreprises comme Netflix doivent-elles répercuter ce surcoût en hausse des tarifs pour rester rentables ?

Avec le codec H.264, les petits acteurs bénéficient d’un accès gratuit. Pour aider à créer une dynamique autour du codec H.264, Cisco a annoncé en 2013 que le codec H.264 serait open source. Cisco a offert gratuitement les binaires H.264 aux développeurs, de sorte que les petits magasins pouvaient ajouter des fonctionnalités de streaming à leurs applications. Mozilla utilise l’OpenH264 de Cisco dans Firefox. Sans la générosité de Cisco, Mozilla paierait des droits de licence estimés à 9,75 millions de dollars par an. Maintenant, la question est la suivante : Cisco couvrira-t-il également les frais de licence pour HEVC/H.265 ? Sinon, quel sera l’impact des redevances sur le développement web ? Comment les startups, les passionné·e·s et les projets open source auront-ils accès à cette technologie cruciale du web ?

Il a fallu deux ans aux entreprises pour mettre au point des accords compliqués aux plans juridique et financier et pour faire en sorte que les vidéos H 264 du Web soient lisibles partout. Maintenant que l’industrie se tourne vers l’utilisation de codecs vidéo plus efficaces, ces entreprises sélectionnent les technologies de nouvelle génération qu’elles vont prendre en charge. La fragmentation du marché soulève des inquiétudes : est-ce que notre passe-temps favori sur le Web, regarder des vidéos, sera toujours possible et à la portée de tous ?

Créons des codecs sans redevance

Mozilla s’est donné la mission de rendre la plateforme web plus performante et plus sûre pour tous ses utilisateurs et utilisatrices. Avec cet objectif en ligne de mire, l’entreprise soutient le travail de la fondation Xiph.org pour créer des codecs sans redevance que tout le monde peut utiliser pour compresser et décoder les fichiers média dans le matériel, le logiciel et les pages web.

Mais quand il s’agit de codecs vidéo, Xiph.org n’est pas le seul partenaire en lice.

Au cours de la dernière décennie, plusieurs entreprises ont créé des alternatives viables aux codecs vidéo brevetés. Mozilla a travaillé sur le Projet Daala, Google a publié le VP9 et Cisco a créé Thor pour faciliter la vidéoconférence. Tous ces efforts visaient le même objectif : créer une technologie de compression vidéo de nouvelle génération pour rendre le partage de vidéos de haute qualité par Internet plus rapide, plus fiable et moins coûteux.

En 2015, Mozilla, Google, Cisco et d’autres se sont joints à Amazon, à Netflix et aux distributeurs de matériel AMD, ARM, Intel et NVIDIA pour former AOMedia. Avec le développement d’AOMedia, les efforts pour créer un format de vidéo ouvert se sont concentrés autour d’un nouveau codec : AV1. Il repose en grande partie sur le code du VP9 de Google et inclut des technologies de Daala, Thor et VP10.

Pourquoi Mozilla aime AV1

Chez Mozilla, on aime AV1 pour deux raisons : pas besoin de payer une redevance, tout le monde peut l’utiliser gratuitement. Les entreprises qui font des logiciels peuvent l’utiliser pour créer du streaming vidéo dans leurs applications. Les développeurs web peuvent créer leur propre lecteur vidéo pour leurs sites. De quoi libérer des possibilités pour de nouvelles entreprises et d’abaisser la barrière d’entrée pour les entrepreneurs, les artistes et tous les autres. Et surtout, un codec sans redevance permet de mettre les vidéos de haute qualité à la portée de tous.

L'étude de MSU compare les performances des codecs vidéos modernes Source : Graphics & Media Lab Video Group, université d’État de Moscou

La deuxième raison pour laquelle nous aimons AV1, c’est qu’il fournit une technologie de compression meilleure que celle des codecs les plus performants – c’est environ 30 % de mieux, selon une étude de l’université d’État de Moscou. Pour les entreprises, cela se traduit concrètement par des fichiers vidéo moins lourds, plus rapides, moins coûteux à transmettre et qui occupent un moindre espace de stockage dans les data centers. Et pour nous tous, un accès à des vidéos superbes en haute définition grâce à des sites et services que nous connaissons déjà et aimons.

Mozilla aime AV1

Open source, d’un bout à l’autre

AV1 est bel et bien en passe de devenir une alternative viable aux codecs vidéo grevés de brevets. Depuis juin 2018, la spécification AV1 est stable et disponible au public sans aucune redevance. Si vous souhaitez explorer en profondeur la technologie qui a permis de franchir le pas de Daala à AV1, jetez un œil à notre billet du blog Hacks AV1 : la vidéo de nouvelle génération – le filtre d’amélioration directionnelle contraint.



Traduction et relecture : Mozinet, Goofy, Marine, ksad et anonymes

Précédent article sur un projet Mozilla : Ne perdez pas la voix ! Common Voice

Le projet Common Voice de Mozilla a pour but de rendre Internet plus inclusif en créant une base de données de voix participative pour ne pas laisser les technologies vocales aux mains des GAFAM

Crédit illustrations : Mozilla.

Il y a 14 ans Firefox 1.0 – Coup d'œil dans le rétro

Mozilla Paris : 14e anniversaire Firefox 1.0Firefox n’est pas né de nulle part. Il est le fruit d’une riche histoire. Découvrons-en un événement marquant.

Ce 9 novembre, nous fêtons le 14e anniversaire de la sortie de la version 1.0 de Firefox. Cette date fut un jalon important dans la conquête de notoriété et le succès du projet Mozilla qui a eu 20 ans cette année.

Après deux ans d’efforts, Mozilla, qui pendant ce temps a recentré le projet autour de Firefox et Thunderbird au détriment de la suite Mozilla et a acquis son indépendance tout en perdant la presque totalité de ses ingénieurs rémunérés pour travailler sur ses logiciels, publie en 15 langues un logiciel jugé assez bon pour être millésimé 1.0, selon les critères exigeants du logiciel libre.

Le 9 novembre 2004, le navigateur autonome de Mozilla avait déjà changé deux fois de nom pour adopter celui que l’on connaît encore aujourd’hui.

La prise en charge d’une multitude de langues a été au cœur même de la planification et du développement de cette version 1.0. Mozilla Europe, l’association filiale de la fondation Mozilla chargée de la promotion des produits sur le Vieux Continent précisait : « alors que Mozilla Europe est maintenant disponible en 11 langues européennes, les pages de démarrage sont proposées en 26 langues, dont l’hébreu et le chinois. » Et MozillaZine de préciser que « dans les prochains jours, la fondation s’attend encore à la disponibilité d’au moins une douzaine supplémentaire. »

Firefox 1.0

Ce logiciel qui bénéficiait déjà d’un succès d’estime dans la presse spécialisée proposait des fonctionnalités innovantes et inconnues du rival quasi monopolistique Internet Explorer :

  • blocage des pop-ups (disparues désormais) ;
  • protection contre la fraude en ligne (phishing, spoofing, etc.) ;
  • barre de recherche avec divers moteurs ;
  • page de démarrage informative ;
  • navigation par onglets ;
  • marque-pages dynamiques ;
  • prise en charge des modules complémentaires avec plus de 100 – oui 100 ! – extensions disponibles ;
  • migration facile depuis les autres navigateurs.

Firefox 1.0 startpage

Il s’agissait bien d’attirer les utilisateurs d’IE de Microsoft qui se reposait sur ses lauriers et avait dispersé son équipe de développement pour n’assurer que les mises à jour de sécurité de son navigateur monopolistique.

Mozilla a multiplié les initiatives communautaires annexes au développement logiciel dans les domaines de la documentation et du marketing notamment.

Les prémices du succès se font déjà sentir, la préversion ayant été téléchargée plus de 8 millions de fois.

Et, à cette époque, vous pouviez acheter un CD-ROM avec Firefox à installer sur votre ordinateur.

Pour revivre l’événement…

Mozilla Firefox 1.0 est sorti

Mozilla Firefox 1.0 Released

Firefox 1.0 est disponible ! – Mozilla Europe

Mozilla Firefox 1.0 Release Notes

Redécouvrez sur MozillaZine-fr la couverture presse de l’époque

Mozilla Firefox – Wikipédia : Vous lisez un « bon article ».


Un souvenir ? Une idée ? Racontez-nous votre histoire de Mozilla et du logiciel libre.


Et bon anniversaire Firefox !


Mozinet


Notre précédent coup d’œil dans le rétro : Mozilla a 20 ans !

On n’a pas tous les jours 20 ans ! Ce 31 mars 2018, c’est le projet Mozilla qui célèbre cet anniversaire. Le 31 mars 1998, Netscape a libéré le code source de Netscape Communicator 5.0 et a créé une organisation…

Crédit illustrations : photo des cup cakes Firefox, Sylvestre Ledru, Mozilla sous licence CC By.

Firefox 1.0, Asa Dotzler

Page d’accueil de Mozilla, Clubic

Retrouvez Mozilla au Capitole du Libre de Toulouse les 17 et 18 novembre

Capitole du Libre 2016 : village associatif À Toulouse, le week-end des 17 et 18 novembre prochains, se tiendra le traditionnel Capitole du Libre d’automne. Comme lors des précédentes éditions, Mozilla sera présent.

Le Capitole du Libre est un événement, gratuit, ouvert à tous, autour du logiciel libre et de la culture libre, et qui s’adresse aux connaisseurs comme aux néophytes.

Présentation en dessins du Capitole du Libre sur YouTube

Vous pouvez y trouver une centaine de conférences qui pourront porter sur des projets libres, des langages de programmation ou des techniques pour gérer un projet libre, mais aussi sur les jeux libres, l’Open Data, les enjeux du Libre, l’internet des objets ou la 3D.

Retrouvez toutes les conférences, keynotes et ateliers dans le programme complet sur le site du Capitole du Libre.

Bannière du Capitole du Libre 2018

Aux côtés des têtes d’affiche comme Ludovic Dubost, Pierre-Yves Gosset, Thierry Stoehr, Cédric Ravalec ou Tristan Nitot, nos Mozilliens présents sur le salon donneront aussi des conférences :

genma avec un T-shirt Firefox

Logo de Rust Rust, le langage de programmation soutenu par Mozilla, au cœur des spectaculaires innovations de Firefox Quantum en cours et à venir, aura droit à une conférence et un atelier par Martin Carton :

Ludovic tiendra aussi sa traditionnelle Key Signing Party (il est nécessaire de s’inscrire et de suivre les instructions ; nous vous indiquerons l’ouverture des inscriptions sur Twitter et sur Mastodon). Elle aura lieu le dimanche 18 novembre de 13h30 à 14h30 en salle B00.

(Re)découvrir cet article où Ludovic nous parlait d’une Key Signing Party.

Enfin, nos Mozilliens tiendront le stand Mozilla au sein du village associatif où vous pourrez aussi retrouver des associations amies comme Framasoft, l’April ou Nos oignons. Ils vous présenteront des projets comme Firefox Nightly, Firefox pour Android, Firefox Focus pour Android avec GeckoView ou Common Voice. Vous pourrez y découvrir les enjeux du projet et donner votre voix !

Des goodies vous y attendront.

Capitole du Libre 2016 : stickers Firefox

Pour une présentation de cet événement majeur du Libre, regardez cette vidéo sur l’édition 2016 avec Ludovic interviewé par Guillaume sur sa chaîne YouTube (6 min) :


Le Capitole du Libre
INP-ENSEEIHT
2, rue Charles Camichel
31000 Toulouse

Coordonnées GPS : 43.60215 – 1.45524
carte libre


Passez nous voir ! Vous ne le regretterez pas.


Mozinet

Précédent événement : Mozilla Paris : rendez-vous pour les Journées du patrimoine des 15 et 16 septembre 2018

Crédit photos : Photo7 – Capitole du Libre. Tous droits réservés.

Mozilla, startups, vie privée et entrepreneures à Paris

Cofondateurs de Vitrue Health et Mitchell Baker de Mozilla lors du Women Startup Challenge Europe 2018La présidente de Mozilla, Mitchell Baker, était ce jeudi soir membre du jury du Women Startup Challenge Europe organisé par Women Who Tech à l’hôtel de ville de Paris. Mozilla remettait un prix de 25 000 dollars US (22 900 euros) à l’entrepreneuse qui aura le mieux intégré les notions de vie privée, transparence et responsabilité dans son travail. La fondatrice de la startup Vitrue Health Alex Haslehurst qui opère dans le domaine de la santé a remporté ce prix spécial.

Le billet de Mozilla cite Mitchell Baker : « Vitrue crée de la donnée sur les capacités motrices, rend ces données accessibles et utiles, et les fournit aux patients. En donnant aux patients un accès utile à leurs données, Vitrue nous montre comment la création de nouvelles données – même personnelles – peut être très positive quand elles sont bien traitées. »

Retrouvez dans la traduction du billet de Mozilla la présentation des projets vainqueurs, des enjeux et des organisations participantes.

Comme le dit la description officielle, Vitrue Health développe des outils basés sur la vision par ordinateur qui est à l’œuvre dans les coulisses des évaluations cliniques, mesurant de façon autonome les paramètres de la fonction motrice, permettant aux cliniciens de se concentrer sur les interactions plus complexes avec les patients et leur permettant de détecter et de traiter les dégradations de la santé fonctionnelle, améliorant ainsi la qualité de vie et permettant d’économiser des millions en frais médicaux. Cela améliore la qualité de vie et économise des millions en coûts de santé.

Finalistes et jury du Women Startup Challenge Europe 2018 Finalistes et jury du Women Startup Challenge Europe 2018

L’assistance de cet événement dans la salle des fêtes de la mairie de Paris pouvait voter pour sa finaliste préférée. C’est Amel Bendali, pour l’entreprise Inorevia qui miniaturise les instruments d’analyse biologique en laboratoire, qui a remporté les faveurs du public.

Présentation de sa startup par Amel Bendali lors du Women Startup Challenge Europe 2018 Présentation de sa startup par Amel Bendali

Enfin, le grand prix a été remis à Colleen Becker, fondatrice de Sampson Solutions qui propose une alternative durable au bitume basé sur le pétrole pour le marché de la construction. Elle a reçu 35 000 dollars (30 600 euros) pour aider sa startup à changer d’échelle.

Le grand prix 2018 avec le jury du Women Startup Challenge Europe 2018 Le grand prix 2018 avec le jury

Vous pouvez voir la présentation des projets et des finalistes sur le site de Women Who Tech.

« Alors qu’il est alarmant de voir le montant du financement des start-ups dirigées par des femmes passer de 14 % à 11 % entre 2016 et 2018 par rapport à l’ensemble des entreprises européennes, le Women Startup Challenge a pour mission de combler une fois pour toutes le déficit de financement. Si le monde de la technologie veut innover, résoudre les problèmes les plus difficiles du monde et générer des rendements records, il investira dans des startups diverses », a déclaré Allyson Kapin, fondatrice de Women Who Tech. « Si les investisseurs ne savent pas où chercher, notre programme Women Startup Challenge a un pipeline de plus de 2 300 projets dirigés par des femmes qui sont prêts à prendre de l’ampleur. »

Retrouvez davantage de photos de la soirée dans cet album :

Women Startup Challenge Europe 2018

Mozinet

Précédent article : Mozilla s’associe à Women Who Tech pour lancer le Startup Challenge Europe Award dédié à la vie privée, la transparence et la responsabilité

Crédit illustrations : Mozinet sous licence CC By-SA 4.0.

Votre engagement est nécessaire pour préserver un Internet ouvert

Avec une audience mondiale exceptionnelle et un profond respect pour la vie privée de ses soutiens, Mozilla lutte chaque jour pour préserver un Internet ouvert, sûr, inclusif et décentralisé. Vos contributions alimentent ce mouvement mondial. Ferez-vous un don aujourd’hui ?

Oui, je fais un don.

Bonjour,

Vous avez sans doute remarqué récemment que les choses ne sont pas vraiment idylliques en ce qui concerne Internet.

Les grandes entreprises souhaitent contrôler notre accès au Web. La désinformation rend de plus en plus difficile notre recherche de la vérité. Les discours haineux visent à faire taire la créativité. Les fuites de données massives sont devenues tellement courantes qu’elles ne sont presque plus mentionnées dans l’actualité.

Avec votre aide, Mozilla se bat partout dans le monde pour contrer ces tendances et préserver l’Internet ouvert sur lequel nous comptons tous. Notre poids nous procure une influence internationale, nous accordons beaucoup d’importance à la protection de la vie privée de nos soutiens et notre longue tradition de lutte pour un Internet ouvert et sain signifie que nous pouvons attirer les meilleurs talents à se joindre à notre combat.

Mais nous ne pouvons y arriver sans votre soutien financier. Accepteriez-vous de faire un don généreux à la fondation Mozilla ?

Faire un don

Nous avons remporté quelques victoires cette année, mais, avec votre générosité, nous pourrions en faire beaucoup plus :

  • Lancer toujours plus de campagnes de sensibilisation percutantes, à l’image de notre récente campagne visant à empêcher Facebook d’utiliser les numéros de téléphone communiqués à des fins de sécurité pour vous distribuer de la publicité ciblée.
  • Aider financièrement et dans le monde entier encore plus de boursiers Mozilla à travailler sur des projets à long terme et dans l’intérêt de tous, tels qu’une série de nouvelles mesures pour inciter les responsables de traitement de données à adopter de meilleures protections de la vie privée, ou encore des techniques de détection et de contrôle pour aider à mettre un terme aux campagnes de désinformation sur Internet.
  • Poursuivre la publication de travaux de recherche précurseurs et de guides de consommation qui influencent le marché, comme le Bulletin de santé d’Internet et notre guide d’achat « Vie privée non fournie ».

Mieux encore, grâce aux royalties versées par Mozilla Corporation, votre don servira directement à étendre la portée de nos programmes.

Faire un don

Nous avons hâte de poursuivre le combat en 2019. Mozilla sera toujours là pour vous permettre de garder le contrôle de votre vie numérique et pour influencer l’avenir du Web dans l’intérêt de tous. Mais nous ne pouvons rien faire sans votre soutien, alors j’espère pouvoir compter sur votre don.

Merci d’avance,

Ashley Boyd
Vice-présidente, Advocacy
Fondation Mozilla

P.-S. : Si chaque personne qui lit ce message acceptait de faire un don équivalent au prix d’un café ou deux, nous atteindrions l’objectif de cette collecte de fonds en quelques heures à peine.


Traduit par la communauté Mozilla francophone

Mozilla : Nous remportons des victoires, mais nous avons besoin de votre aide

Bonjour,

Plus tôt aujourd’hui*, nous avons communiqué notre nouvelle stratégie à tous nos donateurs et je voulais également vous en faire part. J’espère que vous y jetterez un œil et que, si notre travail vous inspire, vous envisagerez d’aller plus loin et de contribuer financièrement à la fondation Mozilla.

Nous vivons un moment critique où les enjeux pour lesquels nous nous battons retiennent davantage l’attention au quotidien. Nous bénéficions d’une position unique pour provoquer un changement — vers un Internet plus sûr et plus ouvert, qui respecte la vie privée et la sécurité de chacun de ses utilisateurs. Mais nous ne pouvons y arriver sans votre aide, aussi j’espère pouvoir compter sur vos dons.

Faites un don

Merci beaucoup !

Cordialement,

Mark Surman, directeur général
Fondation Mozilla


Employés de Mozilla avec plaquettes Thank You !

Bonjour,

Bienvenue à tous, après l’été (ou l’hiver pour ceux de l’hémisphère Sud) !

Regardons en arrière sur une belle année jusqu’à maintenant, qui a vu l’utilisation des données de Facebook et Amazon contestée, des jouets connectés non sécurisés retirés des rayons des commerçants et des lois sur la protection des données, plus incisives, entrées en vigueur dans de plus en plus de pays.

Mais tout n’est pas idyllique quant à la santé d’Internet — les choses deviennent de plus en plus insensées depuis un certain temps et davantage de gens s’en rendent compte. Vous ne pouvez ouvrir Twitter ou un site d’informations aux États-Unis sans tomber sur une nouvelle histoire grave de piratage des élections. Et la désinformation n’est qu’un des problèmes que nous voyons croître en importance — à la fois en réalité et dans l’esprit du public.

Ces problèmes dont Mozilla, nos alliés et notre communauté parlent depuis quasiment vingt ans, sont devenus à la fois urgents et largement connus.

Le moment est venu pour nous de vraiment intensifier et approfondir notre action. Glyn Moody a récemment écrit dans le Linux Journal que « Mozilla est probablement la seule organisation en capacité de faire cela de manière crédible. Elle se doit, de toute urgence, d’élargir et d’approfondir encore ses activités pourtant déjà substantielles de mobilisation — pour le bien commun et sa pertinence. » Et c’est à cela que nous nous attelons.

Nous avons utilisé la notion de « santé d’Internet » pour rassembler les citoyens et nous battre contre ce qu’il se passe maintenant, et pour envisager des actions. Nous avons missionné un groupe qui fait de son mieux, depuis aider nos alliés à utiliser la technologie et défendre les droits de l’homme jusqu’à assister l’US Senate Intelligence Committee dans la compréhension des problèmes sous-jacents d’algorithmique et de cybersécurité qui alimentent la désinformation. Comme le public se tourne vers les compagnies high-tech et commence à se poser des questions, nous avons fourni aux citoyens un canal pour réellement exiger de ces entreprises qu’elles modifient leurs produits. Presque chaque fois que nous l’avons fait, nous avons gagné.

Nous continuerons à maintenir notre cap en nous concentrant sur les enjeux actuels, en recherchant de nouveaux partenaires avec qui collaborer et en perfectionnant les programmes que nous avons élaborés au cours des dernières années.

Je suis très fier de l’équipe, des projets menés à bien, de la communauté que nous avons étendue et de ce qu’ensemble nous avons réalisé. Votre contribution à cette communauté est décisive. Ensemble, nous allons faire avancer les choses dans la bonne direction.

Alors, nous y voilà. Les temps sont durs. Les possibilités sont multiples. Nous sommes bien équipés et déterminés. Continuons d’aller de l’avant. Simple, non ? :)

J’ai hâte de démarrer, avec vous tous.

Bon mois d’octobre !

Mark Surman, directeur général
Fondation Mozilla


(*) Note de publication : le 11 octobre 2018.

Traduit par la communauté Mozilla francophone

Facebook sent la menace !

Facebook sur des écrans de smartphone (geralt, pixabey, CC0)Bonjour. En seulement quelques jours, plus de 20 000 personnes ont signé une pétition pour demander à Facebook de cesser immédiatement d’utiliser pour de la publicité ciblée les numéros de téléphone communiqués pour l’authentification à deux facteurs. Facebook sent la menace, et la pression de gens comme vous peut contribuer à ce que Facebook se comporte mieux envers ses utilisateurs.

Pouvez-vous signer la pétition ?

Oui, je signe la pétition.


Chers amis,

Facebook vient de le reconnaître : les numéros de téléphone communiqués par ses utilisateurs pour sécuriser leur compte ont aussi été utilisés pour faire du ciblage publicitaire.

Facebook affaiblit ainsi (une fois encore) la confiance que les utilisateurs lui accordent. Néanmoins, il ne s’agit pas uniquement de Facebook. Cette pratique suscite de la méfiance envers l’authentification à deux facteurs, une méthode de sécurisation essentielle, utilisée sur Internet pour protéger des comptes. C’est inacceptable.

La pression du public a déjà permis de faire évoluer Facebook. Ainsi, nous vous proposons de signer la pétition exigeant que Facebook cesse le ciblage publicitaire au travers des numéros de téléphone utilisés pour l’authentification à deux facteurs.

C’est un exemple supplémentaire qui prouve que Facebook abuse de la confiance de ses utilisateurs qui s’appuient sur ses services pour rester en contact avec leurs amis et leurs familles. C’en est assez.

Signer la pétition

Cordialement, au nom de l’équipe de Mozilla,

Sara

P.S. : Pouvez-vous nous aider à diffuser la pétition en transférant ce courriel aux personnes qui pourraient être intéressées ? Plus nous aurons de signatures, meilleures seront nos chances d’amener Facebook à cesser cette pratique inacceptable.


En savoir plus

Facebook cible la publicité avec le « profil fantôme » des utilisateurs – 27 sept. 2018 – Le Monde

Nos précédents articles à propos de Facebook.


Traduit par la communauté Mozilla francophone

Crédit illustration : geralt via Pixabay en CC0.

Facebook a encore frappé – mobilisons-nous !

Facebook trouble (LoboStudioHamburg, CC0)Chers amis,

Facebook vient de le reconnaître : les numéros de téléphone communiqués par ses utilisateurs pour sécuriser leur compte ont aussi été utilisés pour faire du ciblage publicitaire.

Facebook affaiblit ainsi (une fois encore) la confiance que les utilisateurs lui accordent. Néanmoins, il ne s’agit pas uniquement de Facebook. Cette pratique suscite de la méfiance envers l’authentification à deux facteurs, une méthode de sécurisation essentielle, utilisée sur Internet pour protéger des comptes. C’est inacceptable.

La pression du public a déjà permis de faire évoluer Facebook. Ainsi, nous vous proposons de signer la pétition exigeant que Facebook cesse le ciblage publicitaire au travers des numéros de téléphone utilisés pour l’authentification à deux facteurs.

Voici encore un exemple prouvant que Facebook abuse la confiance de ses utilisateurs qui s’appuient sur ses services pour rester en contact avec leurs amis et leurs familles. C’en est assez.

Signer la pétition

Cordialement, au nom de l’équipe de Mozilla,

Sara

P.S. : Pouvez-vous nous aider à diffuser la pétition en transférant ce courriel aux personnes qui pourraient être intéressées ? Plus nous aurons de signatures, meilleures seront nos chances d’amener Facebook à cesser cette pratique inacceptable.


En savoir plus

Facebook cible la publicité avec le « profil fantôme » des utilisateurs – 27 sept. 2018 – Le Monde

Nos précédents articles à propos de Facebook.


Traduit par la communauté Mozilla francophone

Crédit illustration :LoboStudioHamburg via Pixabay en CC0.

Mozilla fr au Gandi Social Club

Bannière du Gandi Social ClubCe mardi soir, Christophe, Mathieu et Pierre ont représenté la communauté Mozilla francophone au 1er Gandi Social Club. Ce fut l’occasion pour nos Mozilliens de remercier Gandi qui héberge nos sites, services web et outils communautaires.

Découvrez les projets présentés aux côtés de Mozilla fr dans le billet de Gandi. Ce fut l’occasion de retrouver des projets connus et d’en découvrir de plus confidentiels, mais non moins passionnants.

Nous avons terminé les présentations avec une introduction au projet Mozilla et à Mozilla fr. Nous avons aussi parlé de Firefox Nightly, Firefox Focus, Firefox Reality, Common Voice et des activités communautaires (voir ce que nous avions prévu de dire).

Après avoir bien utilisé le quart d’heure imparti, nous avons pu discuter avec les membres des autres projets invités. Ainsi, nous avons parlé de Thunderbird, de Mozilla, de Firefox, de Test Pilot, de Rust, de Bugzilla, d’assurance qualité, des projets extérieurs que nous avons promus, de Paris-Web, des projets des autres et de bien d’autres choses.

Nous remercions encore une fois Gandi pour son aide et pour avoir pris l’initiative de réunir ces projets libres afin de créer des synergies.


La prochaine fois, nous ferons des slides pour mettre en valeur les projets que nous présentons. Promis !

En attendant, n’hésitez pas à nous contacter pour nous parler de vos projets libres, de voir ce que nous pouvons faire pour vous et de maximiser mutuellement notre impact.


Mozinet

Précédentes activités communautaires : Firefox : aider et être aidé.

Ne perdez pas la voix ! Common Voice

mars de Common Voice Le projet Common Voice de Mozilla a pour but de rendre Internet plus inclusif en créant une base de données de voix participative pour ne pas laisser les technologies vocales aux mains des GAFAM.

Il y a un peu plus d’un an, Mozilla lançait le projet Common Voice avec un article qui expliquait :

Vous n’avez pas si fréquemment l’occasion de contribuer à un gigantesque projet mondial destiné à rendre Internet plus inclusif tout en aidant les développeurs à créer un meilleur Internet. Aujourd’hui n’est pas un jour comme les autres.

J’ai le plaisir de vous annoncer que ce matin Mozilla a lancé le projet Common Voice, une réalisation collaborative pour créer une base de données open source destinée aux applications de reconnaissance vocale.

Il est temps de prendre des nouvelles du projet qui a entretemps été lancé en français.

Un nouveau site internet a été publié récemment. Il permet d’obtenir au quotidien de nombreuses informations instantanées sur la contribution aussi bien au niveau du parler que de l’écoute. Ainsi, vous pourrez voir toutes les contributions dans toutes les langues par heure et par jour.

Il faut prendre conscience que toutes les voix sont importantes. Nous avons ainsi retenu une trentaine d’accents rien que pour la langue française. Nous possédons une langue riche avec des parlers différents selon les régions et des parlers de francophones hors métropole ou habitant dans d’autres pays et continents.

Parler

Parler avec Common Voice

Le mode parler permet de lire à haute voix les phrases qui apparaissent à l’écran. Lorsque vous arrivez sur cet écran, le navigateur vous demandera la permission d’accéder au micro qu’il faudra accepter.

L’écran propose plusieurs fonctionnalités.

Le micro est le bouton principal. Appuyez dessus pour démarrer l’enregistrement. Ce bouton se transformera alors en petit carré le temps que vous parliez. À la fin de l’échantillon, appuyez de nouveau sur le bouton pour signaler la fin de l’enregistrement et voir apparaître une nouvelle phrase. Répétez 5 fois l’opération.

Deux raccourcis clavier sont disponibles. La touche E permettant d’enregistrer/arrêter et A pour passer.

Un bouton Passer permet de changer la phrase si celle-ci est trop compliquée à prononcer ou trop longue par rapport au temps prévu.

Sur la droite de l’écran s’affiche l’avancée des échantillons. À chaque enregistrement, il est possible d’écouter et de rejouer s’il ne correspond pas au texte, et de le partager.

Il est important de lire exactement la phrase affichée, sans ajouter ni modifier de mots.

À la fin des 5 échantillons, vous pouvez recommencer une nouvelle série.

Écouter

Parler avec Common Voice

Le mode écouter est le contraire du mode parler car vous validez les phrases affichées, c’est-à-dire que vous écoutez l’ordinateur parler.

L’écran propose aussi quelques fonctionnalités.

Un bouton lecture est disponible. Appuyez dessus pour démarrer l’écoute. À la fin de la phrase, vous pouvez valider avec OUI et rejeter avec NON. Répétez 5 fois l’opération.

Plusieurs raccourcis clavier sont disponibles :

  • P pour lire/arrêter
  • O pour OUI
  • N pour NON
  • A pour passer

Profil

parler avec Common Voice

Cet écran est aussi important que les autres, car il va permettre d’identifier vos accents. Il comporte quelques champs importants, permettant d’avoir des statistiques pertinentes concernant votre contribution.

Enfin

Il n’est pas nécessaire d’en faire pendant des heures, mais une ou plusieurs séries par jour permet d’atteindre le quota journalier souhaité.

La voix ne se limite pas à la langue française. Vous pouvez découvrir dans le site de Common Voice les autres langues disponibles et en cours de constitution.

Nous avons besoin de vous ! Non seulement pour arriver à 100 % de contenus proposés mais aussi pour rivaliser amicalement avec nos concurrents des autres langues !


Allez ! donnez votre voix pour le bien commun !

Aller plus loin

(Re)lire : Mozilla ouvre la voix


@hellosct1 et Mozinet

Crédit illustrations : Common Voice

Notre précédente possibilité de contribution : Firefox : aider et être aidé